Exécution !

Portrait of an african woman Penser à un projet à réaliser est à la portée de tous. D’ailleurs nous avons tous les mêmes projets. Le cerveau humain travaille si vite (surement plus vite que le plus puissant des ordinateurs) qu’il a déjà pensé à tout (ou presque) et n’importe quoi. Ce qui fait la différence, c’est l’exécution de ces idées et de ces projets.

Concevoir le déroulement d’un projet, est finalement une tâche qui demande beaucoup plus. Il n’est pas évident de se projeter dans le futur et de se voir (comme lorsque l’on regarde un film à la télé ou au cinéma) en train d’agir pour atteindre ce que l’on souhaite tout en acceptant que des obstacles et des imprévus apparaissent au quotidien. Bien souvent nous oublions d’intégrer ces obstacles pour s’imaginer que l’exécution de notre projet sera aisée.

L’exécution est la clé ! C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas tous les mêmes manières d’exécuter. Une bonne exécution implique d’accepter que ce ne sera pas facile et que l’on aura des surprises désagréables qui mettront tout en oeuvre pour nous arrêter.

Nos échecs sont le fruit de mauvaises exécutions. Ce ne sont pas nos idées qui sont mauvaises, mais plutôt notre manière de les mettre en œuvre. Mais ces échecs ainsi que nos erreurs sont des opportunités pour améliorer notre manière d’exécuter.

C’est quand la dernière fois que vous vous êtes lancé un défis/challenge ?

Jean-Patrick Ehouman : ChallengeGooooood Mooooooorrrrrrrning Afriiiiiiica !

Il reste encore 5 mois avant la fin de l’année 2013. souvenez-vous de vos résolutions en début d’année. Il est bien connu que personne ne peut vraiment les mettre en oeuvre dans l’absolu. Il y a tellement d’événements qui se produisent au fur et à mesure que les jours passe, que le plus important avec les résolutions, c’est de toujours être dans une dynamique.

Aujourd’hui, Mardi 6 Aout 2013, que vous ayez agit ou pas selon ces résolutions, vous avez encore 5 longs mois pour le faire.
Pas d’excuse, lancez-vous et commencez à agir, une chose après l’autre.

Voici le défis que je vous invite à relever : Peu importe vos objectifs. Que vous vouliez perdre du poids ou commencer un projet, vous avez encore la possibilité de le faire. Pour d’autre, il s’agit de rétablir les relation avec un proche (le père, la mère, les frères, les enfants, …). Pourquoi ne pas, au moins, essayer. Si vous avez pris la peine de concevoir la réalisation de ces choses dans votre esprit, c’est que vous avez potentiellement la force d’y arriver.

Ce serait dommage d’avoir des regrets au 31 décembre en pensant à l’année qui s’est écoulée. Dans tous les cas, vous devez garder en tête que vous seul avez la possibilité de réaliser ce que vous avez souhaité. Le succès n’est pas toujours au rendez-vous, mais l’échec vous permet de découvrir la meilleure méthode. Mettez-vous donc dans la dynamique qu’il faut pour relever ce défis. Refusez le « sur-place » en faisant le saut que les autres n’osent pas par peur d’échouer.

La satisfaction que l’on a lorsqu’on arrive à bout d’un défis est tellement grande qu’elle procure une force intérieure et une joie de vivre inexplicable. En 2012, j’avais réussi un challenge que je m’étais lancé au début de la même année. En effet, je m’était promis de lire une vingtaine de livres sur « la production et le business des contenus numériques« . Grâce à ma tablette Amazon Kindle, j’ai réussi à en lire 18 (« 20 moins 2 », c’est toujours mieux que « zéro ») qui m’ont aidé à comprendre des choses que je ne soupçonnais pas. Depuis, j’aborde le sujet des contenus en ligne avec une aisance et une méthodologie digne d’un expert du domaine.

Vous êtes surement demandé à quoi correspond le « Gooooood Morrrrrrrning Afriiiiiiica ! » qui se trouve au début de cet article. Et bien, il s’agit juste de mon cri matinal sur Facebook. Je le publie très souvent le matin en tant que premier post. Il n’est pas rare qu’il soit accompagné par une réflexion sur l’entrepreneuriat ou le développement personnel. Ce cri, n’est pas uniquement adressé aux africains ou à ceux qui vivent en Afrique. Il m’a été inspiré par le très célèbre cri « Good morning Vietnam ! » du film du même nom dans lequel, Robin William en tant qu’animateur radio, encourage les troupes américaines lors de la guerre du Vietnam. Cela peu paraître léger, mais chaque fois que je fais cette publication, je suis moi même motiver pour la journée.

Financez votre projet grâce à vos clients

Si comme moi vous savez que les banques et les organismes de crédit ne sont pas toujours disposés à vous aider à financer vos projets, il vous reste tout de même une multitude de solutions.

Les classiques
Pour certains les proches constituent un soutien non négligeable. Les économies peuvent y passer pour ceux qui ont eu l’occasion d’épargner. Les Business-Angels et les VCs (Capitaux Risqueurs) restent une solution, lorsqu’ils pensent (ils ne détiennent pas toujours la vérité) que votre projet aura du succès. Qu’est ce qui vous reste lorsque vous n’êtes dans aucun de ces cas ? Et bien, il vous reste vos clients !

Le client investisseur
Si votre objectif est de vendre un logiciel que vous êtes en train de concevoir, vous pouvez en attendant fournir des services de maintenance de haute qualité à des entreprises qui sont dans le besoin. Nous sommes ainsi d’accord que si vous vous dites capable de créer un logiciel, alors maintenir des existants devrait être un jeux d’enfant pour vous. Vous ferrez ainsi rentrer de l’argent et par la même occasion vous fidéliserez les premiers clients/utilisateurs du logiciel que vous êtes sur le point de lancer. Bien entendu vous devez leur montrer qu’ils sont privilégiés en leur permettant de tester votre solution en avant-première.

Vous avez surement des doutes sur ce que j’ai avancé, mais si vous osez demander à ces clients de financer une (ou toute) partie de votre logiciel en question, vous obtiendrez très peu de refus. Ils s’agit là de leur présenter un vrai plan sur une certaine période afin de leur montrer que vous avez de la suite dans les idées. Ils seraient si ravis de savoir la sortie de ce logiciel à forte valeur ajoutée (car venant de vous) qu’ils seront près à vous donner ce coup de pousse financier. Vous aurez tout simplement transformé vos clients en Investisseurs. La bonne nouvelle c’est que ces derniers vous mettraient moins de pression que des VCs ou BA traditionnels et les négociations pour les prises de part seront beaucoup plus faciles.

J’ai parlé de logiciels mais ceci s’applique à presque toutes les activités avec des adaptations. Demandez-vous si vos clients sont disposés à se constituer en investisseurs pour l’un de vos projets et vous aurez une indication sur votre capacité à fournir un service de qualité ou un produit qui répondrait aux attentes des potentiels clients.

Les Afritechpreneurs à l’oeuvre : Introduction

Afritechpreneur, n’est pas un terme présent dans les dictionnaires. C’est une contraction de « Entrepreneur des Technologies en Afrique », que j’ai crée de toute pièce pour désigner une personne qui entreprend en Afrique dans le domaine des technologies.

Pour que naisse un environnement dynamique pour l’industrie des technologies dans un pays, une région, une ville, il faut 4 choses :jpehouman : les afritechpreneurs à l'oeuvre

Si un jour la Cote d’Ivoire souhaite prendre part au concert des nations africaines qui pilotent la machine technologique sur ce continent, elle doit tout mettre en oeuvre pour que ces 4 éléments soient réunis et collaborent.

Des personnes ont commencé des choses et essaient de faire bouger l’industrie des technologies dans ce pays. Il devient donc important de promouvoir leur travail et surtout faire connaitre les méthodes qu’elles ont utilisé pour accomplir leurs oeuvres. C’est surement en présentant ces choses que des vocations pourront naitre assez rapidement.

Je souhaite dans cette serie de billets parler de ceux qui font bouger les choses par leur audace que l’on peut percevoir à travers les risques et les paris qu’ils prennent. C’est aussi le lieu de les confronter à leurs confrères/concurrents qui se trouvent dans d’autres région du monde. Je ne serai surement pas exhaustif, mais je ne manquerai pas de produire une nouvelle version dans quelques mois afin de vous faire découvrir encore plus de personnes aux histoires toutes aussi pleine d’inspiration, de volonté et d’audace. Cette liste m’est intimement liée car elle concerne des personnes avec qui j’ai bcp interagis. C’est aussi la liste des entrepreneurs qui échangent beaucoup avec les internautes sur les réseaux sociaux ou à travers des forums et/blog. C’est pour moi la définition meme de l’afritechpreneur.

« Entrepreneuriat, TIC et Innovation, des outils au service du développement en Afrique » lors de l’ABC Innovation 2011

Le Mercredi 15 Juin, je serai l’invité du mois de l’African Business Club (ABC) à Paris lors de la soirée pour l’événement « ABC Innovation« . J’interviendrai lors d’une conférence sur le thème « Entrepreneuriat, TIC et Innovation, des outils a services du développement en Afrique« . L’objectif étant d’exposer et de discuter sur les initiatives entrepreneuriales en œuvre actuellement en Afrique. Il s’agira aussi de mettre en évidence l’impact de l’innovation et des Technologies de l’Information et de la Communication sur l’essor des initiatives privées.

ABC Innovation est un concours que l’ABC organise chaque année pour aider les porteurs de projets à concrétiser leur démarche entrepreneuriale. C’est le lieu pour ce club de donner un coup de pouce aux entrepreneurs qui nourrissent une ambition pour le continent africain. Lors de cette rencontre, et à la suite de la conférence, l’équipe de l’ABC annoncera les vainqueurs du concours de Créateur d’entreprise. Il s’en suivra un cocktail de clôture qui permettra aux participants d’échanger avec des entrepreneurs et spécialistes présents.

L’African Business Club est née en 2003 sur l’initiative de certains étudiants de l’École Supérieure de Commerce de Paris. Il a pour mission de mettre à disposition un espace de réflexion sur des problématiques du continent Africain. Depuis 2004 l’ABC est un réseau d’élites de l’Afrique qui intègre des cadres et des étudiants d’autres universités et grandes écoles françaises.

L’ABC organise un certain nombre d’activités avec la contribution de ses membres et des professionnels et experts des questions africaines. C’est dans ce sens qu’elle organise ce concours « ABC Innovation » lors d’une soirée de l’entrepreneuriat et de l’innovation le Mercredi 15 Juin à l’ESCP Europe (79 Avenue de la République – 75 011 Paris – métro 3, rue Saint-Maur).

Si vous avez entrepris dans le domaine des technologies dans un pays africain, je serai ravi d’en discuter avec vous afin de citer votre exemple lors de cet événement. N’hésitez donc pas à partager votre expérience en commentant ce billet.

Le site de l’African Business Club : http://businessclubafrica.org/index.php?option=com_content&view=article&id=83:presabcinov&catid=53:presentation-abc-innovation&Itemid=80