En Afrique, l’opportunité est souvent trop belle pour l’entrepreneur

L’Afrique est le continent de tous les espoirs pour de nombreux entrepreneurs, porteurs de projets et hommes/femmes d’affaires. La jeunesse de la population, l’abondance des ressources et le nombre encore très faible des solutions aux problèmes des africains concourent à offrir de très belles opportunités aux  entrepreneurs.

Disons que depuis quelques mois (ou années) vous avez travaillé jour et nuit dans le sens de la réalisation de votre plus gros projet. Vous avez démontré au monde et à votre entourage que vous êtes déterminé à réussir ce que vous avez entamé. Vous avez même réussi à mettre en place des routines et des mécanismes qui vous permettent de générer des revenus. Vous êtes de plus en plus cité comme un modèle par les médias, sur les réseaux sociaux, … Et bien, bravo !

Votre détermination et votre dévotion à votre projet/cause sont si remarquables qu’il ne se passe pas un jour sans que vous ne recevez des félicitations et encouragement de la part de proches, de compétiteurs, de clients, de fournisseurs, …
Et bien à ce stade vous constaterez que vous recevrez aussi de plus en plus de propositions. Ce sont des opportunités qui sembles tellement intéressantes que vous êtes tenté de les accepter à la chaîne.

STOP !

Faites une pause. En tant qu’entrepreneur, vous devez revenir sur terre et prendre en compte ce qui suit. De nombreux articles de blogs et  livres vous parleront surement de ce que je m’apprête à dire. La différence est que j’ai décidé d’aborder ce sujet en me basant sur mon expérience personnelle et sur ce que j’observe chez les jeunes entrepreneurs africains que je côtoie au quotidien. Pour la plupart, ils sont tous sur la voie de la réussite et sont très actifs dans leurs communautés. Jamais l’Afrique n’a connu un si grand nombre de jeunes entrepreneurs et qui de plus sont pour la plupart très engagés.

Partage de mon expérience avec des jeunes entrepreneurs ivoiriens lors d’un atelier d’échange sur l’employabilité des jeunes africains au siège de la Banque Africaine de Développement [Crédits Photo : Tosh JUMA ]
LA VOIE DE LA RÉUSSITE

L’un des signes qui indiquent que vous êtes sur la voie de la réussite c’est le nombre important d’opportunités qui se présentent de plus en plus à vous. Et pourtant lorsque vous êtes sur cette voie de la réussite, la vérité est que vous êtes toujours très loin de cette réussite-là-même. Vous avez donc intérêt à ne pas vous dissiper.

Le chemin est souvent long avant de toucher le « jackpot » ou de célébrer votre première première vente. Mais le fait-même que vous ayez emprunté ce chemin fait de vous, quelqu’un de différent, quelqu’un que l’on remarque. Mais sur ce chemin, vous seul savez à quel point l’issu est incertain. Vous faites tout pour rester toujours concentrer sur l’objectif en vous assurant d’abattre le travail quotidien requis pour atteindre cet objectif. Personne ne sait que vous faites à un adversaire qui n’a pas de forme : Le doute. Au contraire, mon démontré que vous êtes épaulé par un allié de grande envergure : La confiance.

Rester concentré et sûr de vous-même est très déterminant pour votre réussite. Sinon vous paierez très cher le prix de l’échec. Même si pour l’entrepreneur, l’échec ne doit pas être une fatalité, il vaut mieux échouer assez tôt que de s’arrêter après plusieurs mois de travail acharné. De plus en Afrique, dans bien d’environnements, l’échec est sensé « faire honte ».

CES OPPORTUNITÉS SONT-ELLES VRAIMENT POUR VOUS ?

Ces opportunités à ne pas en finir et qui semblent correspondre à des choses susceptibles de vous aider dans la réalisation de votre projet, ne sont pour la plupart que des éléments perturbateurs qui finalement vous éloigneront de votre objectif et des actions à mener pour l’atteindre si vous leur accordez une trop grande place dans votre agenda. Aussi belles qu’elles puissent paraître, ces opportunités n’existent que pour vous perturber et vous empêcher de vous concentrer sur l’essentiel : Votre plan initial.

Bien souvent, la personne ou l’entité qui vient vers vous avec ses propositions ne sait pas vraiment la vision que vous avez. Pire, elle n’a aucune idée des réels sacrifices que vous faites pour avancer ainsi que les difficultés que vous rencontrez au quotidien.

Votre optimisme et votre sérénité avec lesquels vous progressez portent à croire que tout est facile pour vous. Vous représentez pour ces personnes, une ressource fiable dans la réalisation de leur propre projet. C’est la raison pour laquelle elles viennent vers vous. Sans être forcément explicites, elles souhaitent ajouter de la valeur à leur propre projet en s’appuyant sur votre image, votre expertise, votre carnet d’adresse, … En soit, il n’y a pas de mal que les autres soient attirer par ces choses que vous pouvez leur apporter. Ne dit-on pas que « Mieux vaut faire envie que faire pitié. » ?

Pour ces personnes, la valeur que l’opportunité engendrera pour elles-mêmes ou leurs projets, est beaucoup plus importante que ce que vous-même pourrez éventuellement en tirer. D’ailleurs elles estiment que vous avez déjà ce que vous recherchez dans la vie. Pour vous, agir dans le sens de favoriser l’avancée des autres n’est pas prenant et ne vous demande pas d’effort. Normal ! c’est vous qu’on voit dans les journaux, à la télé, … En gros, vous n’êtes pas dans le besoin, mais plutôt tellement à l’aise dans votre progression que vous pouvez accorder du temps à un autre projet rien que pour faciliter la vie des autres.

IL N’Y A QUE VOUS QUI SAVEZ CE QUI EST BIEN POUR VOUS

Vous êtes peut être un étudiant sans source de revenu fiable, quelqu’un ayant perdu son dernier emploi depuis plusieurs mois, une mère célibataire avec à votre charge un ou plusieurs enfants, ou encore avez un compte en banque bloqué par les autorités fiscales ou judiciaires. Mais vous êtes assez courageu(x/se) et professionnel(le) pour ne pas exposer ces difficultés à votre environnement de travail. Pour vous ce qui compte c’est le projet pour lequel vous êtes dévoué. Et rien ne doit vous perturber dans votre progression. Pas même la situation de précarité dans laquelle vous vous retrouvez par moment (ou depuis un moment).

FAIRE LA DIFFERENCE

Il y a tout de même la possibilité de faire le distinguo entre réelles opportunités et sollicitation perturbatrices. Je suis convaincu qu’il n’y a pas une seule manière de procéder pour arriver à faire le bon choix. Je vais donc partager avec vous la méthode que j’utilise pour faire la différence entre une réelle opportunité et une proposition qui pourrait m’éloigner de ma mission.

Je ne pense pas être la personne à qui l’on propose le plus d’opportunité dans mon environnement, mais quelques uns de mes accomplissements ainsi que ceux d’Akendewa (c’est l’occasion pour moi de faire un clein d’oeil à tous mes collaborateurs et bénévoles d’Akendewa) font que je reçois de plus en plus de sollicitation pour collaboration.

patricia zoundi
Patricia Zoundi, Prix de l’Excellence de la République de Côte d’Ivoire, catégorie « Jeunes Entrepreneurs »

Par exemple en 2013 un passage à l’émission « Plus d’Afrique » de la chaine Française à fait que j’ai reçu des centaines de messages via facebook et par email. La plupart n’ont pas forcément aboutit à des collaborations ou des partenariats. Par contre, le Prix Tremplin de l’UNESCO-CEPS pour l’Entreprenariat des Jeunes et la Culture de la Paix que j’ai reçu en 2013 a été déterminant pour ma sélection au programme Mandela Washington Fellowship YALI 2014. Et ma participation au programme Mandela Washington Fellowship YALI en 2014 est par exemple à la base de plusieurs conférences que j’ai pu délivré dans différents pays africains. J’ai bien d’autres exemple me concernant, mais aussi des exemples relatifs à des confrères(soeurs) entrepreneurs ivoiriens ou africains. Je pense par exemple à Patricia Zoundi-Yao qui a été « Prix National d’Excellence de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire » dans la catégorie « Entreprenariat Jeune » en 2014. Et aussi « Chevalier de l’ordre national et du mérite burkinabé en 2014 ». Je suis très fier de Patricia, et je ne cesse de la présenter en exemple à toutes les jeunes filles africaines qui veulent entreprendre. D’ailleurs je lui ai proposé d’être l’une des mentors de Founder Institute Abidjan. Opportunité qu’elle a saisi sans hésiter.

Ok, Je vous parlerai de Patricia, de founder Institute et d’autres confrères dans un prochain post. Place à ces fameuses recommandations que je souhaite vous faire, afin d’avoir un maximum d’éléments qui vous facilite la prise de décision lorsque vous êtes face à des propositions/opportunités.

MES RECOMMANDATIONS

Face à ce flux d’opportunité voici les recommandations que je vous fais :

  1. Vérifiez que vous avez écrit dans un document, le plan stratégique correspondant à votre projet et même à votre carrière d’entrepreneur. Si vous ne l’avez jamais fait, aujourd’hui est surement le meilleur jour pour le faire. N’attendez pas demain. Trouvez du temps pour le faire avant que la journée ne se termine. Nombreux sont les entrepreneurs qui négligent ce type de document. Or, une fois que vous avez mis en place votre Business Model et éventuellement votre Business Plan, il est très important d’avoir une véritable feuille de route avec des éléments chiffrés qui vous sert de pilier dans votre progression.
  2. Relisez ce plan chaque semaine afin de l’étoffer et l’optimiser en fonction des avancées que vous faites. Même s’il est intéressant de « pivoter » lorsque ça coince, attention à ne pas finalement vous retrouver avec un nouveau plan stratégique chaque semaine. N’hésitez donc pas à vous créer une alerte dans votre agenda électronique ou via Google Calendar ou encore un papier bien visible coller au mur ou à la porte de votre bureau et qui vous rappellerait que vous devez lire ce plan. L’idéal serait même que durant la semaine vous relisez rapidement certains points tels que : la Mission, la Vision et les Objectifs à long terme.
  3. Chaque fois qu’une opportunité se présente à vous, demandez quelques jours/heures de réflexion à votre potentiel partenaire avant de vous engager ou de non. Si l’on veut vous faire bénéficier d’une opportunité, je doute fort que l’on vous oblige à donner votre accord le jour (ou à au moment même) même ou l’on vous l’expose. Si c’est le cas, je vous recommande de fuir ce type d’opportunité. Vous devez toujours montrer à vos partenaires que vous avancez selon un plan bien précis et que chaque collaboration dans laquelle vous entrez doit être en accord avec ce plan.
  4. A tête reposée prenez le temps de confronter l’opportunité à votre plan stratégique. Disons par exemple que votre projet est de créer une école. Si vous recevez une proposition de devenir Directeur des études (avec salaire alléchant) d’une école éventuellement concurrente, demandez-vous ceci : « en quoi passez les 12 prochains mois de votre vie à travailler pour mon concurrent m’aidera à mieux lancer mon école ? ». Dans l’exercice de cette fonction ne serrez-vous pas emmener à exposer certains éléments de votre propre plan stratégique ? ou peut-être ce poste vous permettra de maîtriser le fonctionnement de votre futur école. Aurez-vous assez de temps pour continuer à travailler sur votre projet ? Autant de question que vous devez mettre à l’écrit avant de décrocher le téléphone pour rappeler la personne qui vous a fait la proposition.
  5. Rappelez la personnes qui vous a exposé cette opportunité et prenez le temps de lui donner deux ou trois raisons qui auraient motivé votre décision finale. Il n’est pas question de ne pas recontacter cette personne juste parce que vous ne souhaitez pas vous engager. Votre image en dépend, car aux yeux de cette personne, cette démarche ne fera que rajouter de valeur à votre personnalité.

EN AFRIQUE POUR L’INSTANT TOUT LE MONDE CHERCHE LE BON FILON

Vous et moi savons que l’Afrique est un continent prometteur sur lequel presque tout est à faire. C’est aussi un endroit ou la plupart des jeunes entrepreneurs ne sont pas encore entrés dans ce que je pourrais appeler « l’arène du business du village mondial ».

En gros, pour l’instant la plupart des initiatives et projets entrepreneuriaux sont pilotés par des personnes pleines d’envie mais qui souvent manquent d’expérience à la hauteur de ce qu’elles souhaitent réaliser. Donc beaucoup d’entrepreneurs amateurs (dans la démarche) ou dont l’éthique et la manière de travailler ne sont pas forcement les meilleures cartes qu’elle ont à mettre sur la table lorsqu’ils vous proposent une collaboration. Ceci n’est pas spécifique à l’Afrique en tant que tel. C’est plutôt lié au fait que beaucoup de choses sont nouvelles pour la plupart des gens.

A coté de cela, vous avez un grand nombre d’opportunités provenant de personnes (physiques et morales) qui sont dans le monde des affaires depuis plusieurs années. Les dernières évolutions des différents écosystèmes leur ont fait perdre un peu de leur dynamisme tout en fragilisant leurs chiffres d’affaires.

Pour ces personnes, les jeunes entrepreneurs qui font preuve de dynamisme même lorsqu’ils ne sont pas encore entré en phase de rentabilité ou même de mise sur le marché de leur produit/service, représentent finalement de la ressource humaine capable de rehausser leurs business qui avaient commencé à prendre du plomb dans l’aile. Leurs propositions ne sont pas toujours très claires et vous pouvez être souvent tentez de les suivre en vous basant uniquement sur cette image ancienne de champions de leur domaine que vous avez d’eux.

Si votre projet est donc quelques chose que vous souhaitez faire vivre au delà de votre cercle d’amis, de votre ville ou de votre pays, il est très important d’avoir une démarche très professionnelle qui sera aussi l’un des piliers de la marque que vous souhaitez faire naître.

LA RÉELLE OPPORTUNITÉ C’EST VOUS-MÊME

Lorsque l’on vient vers vous avec une opportunité, il y a une chose d’inévitable qui se produit. Que vous soyez débutant ou quelqu’un ayant déjà fait ses preuves, vous vous sentez toujours un petit (beaucoup, pour certains) peu « flatté » que l’on ait pensé à vous. Et souvent ce sentiment peut très facilement l’emporter sur votre capacité à discerner ce qui peut vous aider de ce qui peut vous faire perdre du temps. Il faut donc beaucoup de lucidité pour arriver à dire « non » à toutes ces pseudo belles opportunités qui pourraient se présenter à vous.

Les opportunités, il y en aura toujours, et des surprises agréables sur lesquelles vous pourrez vous appuyer pour développer votre activité ou mieux exprimer votre leadership, il y en aura de plus en plus au fur et à mesure que vous avancerez. Or ce qui vous fait avancer, c’est votre aptitude à poser des actes dans le sens de ce que vous avez défini au préalable.

Que ce soit votre projet en lui même ou les actions planifiées pour atteindre une audience toujours plus grande, gardez à l’esprit que l’on vient toujours vers vous parce que vous avez démontré une cohérence et un minimum de structuration dans votre progression. C’est finalement vous qui ête l’opportunité ! Ne laissez pas une pseudo belle opportunité dénaturer cette image que vous renvoyez aux autres.

POUR CONCLURE

Enfin, il faut comprendre que très peu d’opportunités sont bonnes pour vous. Si vous avez une vision claire et un plan stratégique fluide et explicite, vous n’aurez pas de mal à faire la différence entre les réelles opportunités et les sollicitations qui finalement joueraient contre vous.

Si vous avez lu cet article jusqu’à la fin, c’est que vous avez surement une initiative ou un projet qui fait que l’on vous propose souvent des opportunités. Je suis intéressé de discuter des choix que vous devez faire pour cette nouvelle année 2016 face à d’éventuelles opportunités. Je vous propose donc d’ouvrir la conversation en exposant ces opportunités ici en commentaire ou par email si vous souhaitez garder votre anonymat vis-à-vis des autres lecteurs.

Et même si vous ne vous écroulez pas sous un grand nombre d’opportunité, c’est toujours intéressant de savoir ce que vous pensez de ce sujet.

[Merci à Tosh JUMA pour cette très belle photo de moi qu’il a prise lors de cet atelier au siège de la BAD à Abidjan]