5 choses sans lesquelles vous aurez du mal à élever votre niveau dans ce que souhaitez faire

Bientôt la fin de l’an 2012. Comme moi, vous avez surement pris des résolutions en début d’année et vous en prendrez de nouvelles dans 55 jours. Que vous ayez atteint vos objectifs ou pas, il n’y a pas lieu de se lamenter. Vous avez encore 55 jours pour respecter ces résolutions. Pour y arriver il y a des choses sans lesquelles vous aurez du mal. En voici 5 qui pour moi restent primordiales lorsque vous souhaitez avancer dans ce que vous pensez pouvoir faire.

Rester honnête avec vous même
Pour acquérir un savoir-faire, une compétence, une reconnaissance, …, il faut du temps et surtout beaucoup de pratique. Dans les débuts, il vous faudra accepter le fait que vous « ne savez pas comment l’on fait pour… » . Tant que vous n’acceptez pas le fait que vous n’ayez pas (encore) le niveau pour ce que vous souhaitez faire, vous vivrez dans un monde faux. Méfiez-vous des novices qui vous flattent  Rapprochez-vous des personnes averties qui ont déjà une avance et qui sont disposées à être des mentors.

Commencer par les bases
En toute chose la compétition crée des différences de compétence et de savoir-faire. Ces différences sont matérialisées par des « niveaux ». Et à chaque niveau ses spécificités.  Celles du niveau le plus bas reste les plus importantes car constituant la base de votre savoir-faire que vous souhaitez acquérir. Ils vous faudra donc prendre le temps de maîtriser ces spécificités de base.

Poser des questions
Il n’y a pas de questions idiotes. La bonne démarche c’est d’enregistrer les réponses sur le support de votre choix. Par contre je peux vous assurer que votre cerveau, n’est pas l’endroit ou il faut les enregistrer. Vous devez avoir un bloc-note (papier ou électronique) sur lequel vous marquerez tout ce qui sera nouveau dans votre progression. Cela vous évitera de poser les mêmes questions à plusieurs reprises. Poser deux fois la même question à quelqu’un c’est donner l’opportunité à cette personne de ne plus répondre à vos questions. Ce serait malheureux de perdre des personnes qui ont accepté de vous accompagner en tant que mentor.

Accepter la critique
Cela vous ramènera toujours au point 1. Il n’y a qu’en acceptant la critique que vous pourrez identifier vos points faibles afin de les améliorer.

Travailler dur en faisant attention aux détails
Si vous croyez en l’innéisme, vous êtes cuit. Je n’ai jamais conduit de thèse universitaire sur l’innéisme et autres sujets liés aux capacités humaines. Par contre l’expérience du terrain me conforte dans ma pensée selon laquelle, le facteur le plus important pour réussir, c’est le travail. Et pour avancer grâce au travail, il vous faut porter une attention particulière aux détails.

Cette liste n’est pas exhaustive. Vous avez surement des points que vous jugez incontournables. N’hésitez pas à les partager ici. Aussi, si vous avez des questions sur mes résolutions que j’avais listé pour 2012, vous êtes au bon endroit. Vous les trouverez ici.

Perdre la concentration, se perdre

Les objectifs ambitieux nécessitent une forte capacité de concentration. Lorsque toute votre attention est tournée vers votre objectifJpehouman.com : perdre sa concentration, se perdre, vous avez de fortes chances d’y arriver. Vous avez donc intérêt à cultiver votre capacité à concentrer votre énergie sur une seule chose A LA FOIS. Car lorsque vous aurez perdu votre concentration, lorsque vous aurez commencez à faire plus d’une chose, vous serez sur le chemin de l’égarement. Si vous perdez votre concentration, vous vous perdrez. Il vous arrivera d’oublier votre objectif.

Perdre un bras

L’une des différences non apparentes entre les success-stories et les histoires de Mr/Mme tout-le-monde, réside en un énorme sacrifice. On parle aussi de « perdre un bras » pour qualifier ce sacrifice. Il s’agit bien là de quelque chose d’irréversible et dont la douleur au moment de l’exécution est d’une intensité difficile à supporter pour la plupart d’entre nous.

Vous ne trouverez pas une seule personne qui a accompli une oeuvre monumentale sans avoir décider de mettre une croix sur quelque chose de très précieux pour chacun de nous. Bien souvent elles ont décidé de « perdre un bras » pour accomplir leurs reves. Elle ont ainsi accepté une douleur physique ou émotionnelle ( ou encore sentimentale) que la plupart d’entre nous n’aurait accepté. Et elle l’on fait sur plusieurs années.

Lorsqu’un adolescent décide de devenir professionnel du sport ou star de la musique ou du cinema, il prend la décision implicite de « mettre de coté » les choses de l’adolescence pour atteindre son objectif. Vous avez peut etre entendu parler des longues heures d’entrainement de Tiger Wood lorsqu’il était enfant. Bien que poussé par ses parents, il acceptait de s’entrainer le dimanche (le jour de repos de ses concurrents). Et ce, quelque soit le temps qu’il faisait. Certains trouveront étrange et insensé de pratiquer du golf sous la pluie, mais, ce n’est pas le cas de la famille Wood. D’autre diront qu’il ne sert à rien de repeter des textes de rap 15heures/jours sans sortir de chez soit pendant plusieurs semaines. Ce n’était pas l’avis de la star Jay-Z lorsqu’il était encore adolescent. Il est encore moins acceptable pour le commun des mortels d’accepter d’essayer plus d’un millier de fois la meme expériences chimique ou mécanique avec seulement une petite modification du procédé à chaque essais. C’est sans compter sur Thomas Edison qui s’y est adonné à coeur joie et pendant la plus grande partie de sa vie.

L’accomplissement a donc un prix que seuls les personnes s’étant engagés peuvent évaluer, comprendre et accepter. A tout moment d’une vie, une femme peut décider d’accomplir quelque chose de remarquable. Ouvrez le livre des records guiness et vous verrez des choses aussi incroyables que les personnes qui les ont accompli.

Vous seul êtes à mesure de décider de « perdre un bras » pour accomplir un rêve. Que ce soit la notoriété, l’argent, le charisme, vous n’atteindrez jamais le plus haut niveau sans sacrifier quelque de précieux. Un coach, un mentor, un professeur ne pourra pas grand chose pour vous. Sa contribution ne dépassera pas le cadre d’un rappel permanent de votre engagement.

La bonne nouvelle c’est que très peu de personnes sont disposées à mettre de coté ce qu’elles considèrent précieux. Cela vous donne donc la possibilité d’aller plus loin que les autres sans craindre de réelle concurrence. Car à un moment ou un autre, il faudra « perdre un bras » et à ce moment-là presque tout le monde s’arrete. Si vous accepter de continuer, il n’y a aucune raison pour que vous n’atteignez pas les sommets.

Il faudra du temps pour y arriver

Il faudra du temps pour faire comprendre à vos proches ce que vous faites si vos objectifs doivent être atteints dans plusieurs années.

Il faudra du temps à un coach pour transformer un jeune joueur en une véritable arme du jeux.

Il faudra du temps pour des parents pour parfaire l’éducation d’un enfant dans les valeurs qui sont les leurs.

Il faudra du temps pour conquérir des clients si vous innovez pour devenir leader de votre industrie. Car il est normal que l’on boude votre produit ou votre approche si l’on n’a jamais exprimé le besoin pour lequel vous avez trouvé une solution innovante.

Vous ne le savez peut être pas, mais vous n’êtes pas préparé pour la réussite. La réussite à cette échelle même que vous ne connaissez pas encore mais que envisagez tant.

Vous y arriverez sûrement car vous l’avez envisagez.

Il faudra du temps et c’est mieux ainsi.