Ce que j’ai appris avec ma première maîtresse d’école : Donner la chance à l’apprenant

La noblesse du métier (vocation) d’enseignant est indiscutable car nous naissons tous sans le moindre savoir-faire ni la moindre connaissance du fonctionnement de ce monde. Le pédagogue joue un rôle déterminant dans la vie du nouvel apprenant. Ce dernier ne sait pas forcément la puissance et l’importance de ce qu’il est en train d’apprendre. Je voudrais vous parler de ma première maîtresse d’école à qui je dédie ce billet.

Je n’ai pas eu a la chance de faire l’école des petits (La crèche, la maternelle ou encore le Jardin d’enfant). Ou peut être est-ce chance. Je ne pourrai donc pas vous parler de ce qui se passe dans une crèche ou dans une classe de maternelle. Par contre j’ai eu la chance d’apprendre les rudiments de l’écriture et de la lecture à la maison. Ce qui reste un très gros avantage pour démarrer dans la vie. J’avais 2 ans de moins que l’âge requis pour le Classe Préparatoire 1ère année (CP1) dans les années 80. Mais avec l’insistance de ma mère, les responsables de l’école primaire ont accepté de me prendre en CP1.

Crédit photo : crawford.l

La pratique n’était pas courante à l’époque. Du moins dans l’établissement dans lequel j’étais. Il ne pouvait y avoir que 1 ou 2 enfants de ce type par classe. On les faisait asseoir à coté de l’instituteur (face tournée vers les autres élèves). Le directeur et la maîtresse de CP1 acceptaient ces enfants de moins de 6 ans pour désengorger les classes de maternelle. On leur permettaient de faire ainsi leur dernière année de maternelle dans une classe de CP. Un peu comme dans le sport ou l’on donne la chance à un Espoir de jouer 30 secondes de chaque fin de match de basket avec les Senior-Pro. J’étais donc l’un de ces chanceux à la rentrée 1985-1986. L’idée était de me permettre d’être en classe sans que je sois évalué pour la classe supérieure. Il était hors de question de m’évaluer car de toute façon je n’avais pas l’age. J’avais 4 ans en Septembre 1985.

Mais très vite, ma maîtresse a pourtant accepté de me faire faire toutes les activités y compris les évaluations. Elle m’accorda beaucoup d’attention jusqu’à faire des jaloux. Je pense qu’elle m’aimait bien parce qu’à l’époque j’avais une grosse touffe de cheveux dont la couleur tendait vers le roux. Ce qu’elle ne savait pas c’est que cette attention me donnait une envie de bien faire tout ce qu’elle me demandait. Du coup, dès les premières évaluations, j’avais réussi à me distinguer, jusqu’à ce que l’on décide de m’évaluer régulièrement pour la classe supérieure. Grâce à l’attention de cette dame, je n’étais plus le petit qui restait à coté de la maitresse, mais j’étais devenu un élève de CP à part entière. J’avais obtenu le droit de m’asseoir au même niveau que les autres élèves. C’est à dire, face à la maîtresse et au tableau. Bien entendu, j’avais toujours cet air réservé que certains prenaient pour de la timidité. D’autres allaient jusqu’à se demander si je ne souffrais pas d’autisme.

Je pense que la meilleure reconnaissance que je pouvais accorder à ma maîtresse était de toujours avoir la meilleure note ou sinon être au moins parmi les 3 meilleurs de la classe. A la fin de l’année, j’étais devenu la fierté de cette dame qui contrairement à beaucoup, donnait la chance aux apprentis élèves. Je me souviens que durant ces 3 années que j’ai passées dans cette école (j’ai souvent bougé dans mon enfance. Mais on en reparle dans un autre billet), ma maîtresse bénéficiait d’un certain statu. Ses collègues et sa hiérarchie lui accordaient ce statu pour le travail qu’elle accomplissait avec quelques petits à qui elle donnait la chance.

Donner la chance à ceux qui apprennent peut créer d’agréables surprises. Lorsque l’on donne la chance à celui à qui l’on apprend quelque chose, c’est finalement à soi-même que l’on donne la chance d’améliorer sa science, son savoir ou son savoir-faire.

Ce que j’ai lu en Janvier 2012 à propos des contenus en ligne

L’une de mes résolutions 2012, est de lire le maximum de livres concernant les contenus (industrie, sciences, techniques, technologies, influenceurs, savoir-faire, …). C’est un challenge que je me suis lancé pour acquérir une expertise dans la production de contenu. Ce mois-ci, j’ai lu pas mal d’articles de blog et bien entendu 3 livres concernant le sujet.

Je ne suis pas journaliste, ni un grand auteur mais je pense pouvoir aider les journalistes, les écrivains et tous ceux qui souhaitent écrire pour les canaux digitaux. Je veux parler des ebook, des formats pour E-readers (mon préféré est le Kindle d’Amazon), des blogs, des rédactions en ligne. Ce challenge de lecture, m’aidera beaucoup. La vérité est que j’ai commencé en Décembre 2011 pour connaitre mon rythme idéal. En Décembre j’ai donc lu « Secrets for blogging your way to a six-figure income » de Darren Rowse et Chris Garett. Mais je considère qu’il s’agissait de l’initialisation du processus.

Pour Ce mois de Janvier 2012 j’ai choisis de lire « Content Rules : …  » et deux ebooks aussi instructifs et intéressant. J’ai beacoup appris avec ces trois livres. Je vous en donne les détails ci-dessous. Mais avant, il est important que j’expose les critères de mes choix.

Comment je procède ?
Chaque mois, je choisis au moins un livre de référence ou un livre d’auteurs qui ont déjà prouvé leur savoir-faire. J’achete ces livres sur Amazon grace à mon compte premium. Grâce à ce même compte je peux aussi avoir des livres gratuit et c’est très efficace. J’utilise Amazon depuis mes années de fac pour m’acheter des livres techniques (essentiellement sur les technologies Java et J2E). Les commentaires de ceux qui ont déjà lu ces livres m’aident beaucoup à prendre mes decisions d’achat. Je passe donc par Amazon car les livres que je lis sont en anglais (cliquez ici pour découvrir pourquoi) et aussi pour le système de recommandation du site. Chaque livre coute en moyenne 18€ (environ 12 000FrCfa).

En plus du livre de référence, je choisis 2 ou 3 autres livres spécialisés (généralement des ebooks ou des livres blancs gratuits) sur un sujet précis. Ainsi, en plus d’acquérir les fondamentaux de la production de contenu, j’acquiers  le savoir-faire sur deux ou 3 sujets pointus de ce domaine.

Qu’est ce que j’ai lu ce mois-ci
Comme livre de référence, j’ai choisi « Content rules : How to create Killer Blogs, Podcast, Videos, webinars, that engage customer and Ignite your business » de Ann Handley et Charles Chapman. Je me disais qu’il me fallait un livre qui couvre tout le domaine de la production de contenu en partant de très bas. En effet, ce livre parle autant de la publication écrite que de la publication via la voix ou la vidéo. Les auteurs prennent le temps d’expliquer les différentes stratégies à adopter pour être optimal et générer le maximum d’audience. Les cas relatifs au blogs d’entreprises sont traités dans les détails. Etant mon livre de référence (jusqu’à ce que j’en trouve un autre), j’appliquerai minitieusement les recommandations, astuces, règles et autres topos de ce livre dans chacune de mes productions. Et chaque fois que je serai à court d’idée, je pourrai y revenir.

En ce qui concerne les deux ebooks (moins de 50 pages chacun), mon choix c’est porté sur les écrits de deux blogueurs que je suis beaucoup. Ainsi, j’ai lu :

  • « Killer Flagship Content » de Chris Garret : qui traite de la rédaction d’un article de référence pour votre blog. il s’agit de comprendre que sur un blog, l’on doit avoir un article qui a plus de matière que les autres. Cet article généralement long (pas moins de 1000 mots) doit être intemporel et très utile pour ceux qui s’intéressent au domaine dans lequel vous êtes. Bien entendu le cas s’applique à la voix (podcast) et à la vidéo.
  • « Ebooks the smart way » de Pat Flynn : C’est un ebook qui vous explique comment faire pour créer et publier simplement votre premier ebook. le cas s’applique aussi pour une serie de vidéos.

Je pense que ces trois choix constituent une belle fondation pour la suite. Pour le mois de février, je lirai « Content Strategy for The Web » Kristina Halvorson et Melissa Rach. Cliquez ici pour consulter la liste des livres que je lis depuis 2010. Elle n’est pas à jour, mais je compte rajouter ce qui manque. Et vous, que lisez vous en ce moment ?

Découvrez ce que je lis

Désormais sur ce blog, vous pourrez suivre mes lectures. Grâce à l‘API de Amazon couplé à certains plugins libres et open source. Vous saurez ainsi, en tant réel ce que je lis, ce que j’ai lu et aussi ce que je compte lire.

Sur ma page d’accueil, vous trouverez à droite dans la liste des widgets, un espace indiquant le livre que je suis en train de lire (voir encadré violet sur l’image ci-dessous). Bien entendu, il m’arrive de lire plusieurs livres en même temps car ne traitant pas des mêmes sujets. Ce qui est le cas actuellement. Dans ce cas, il s’affichera celui que l’on peut trouver directement sur Amazon. Et si aucun des livres ou publications que je suis en train de lire ne se trouve pas dans le catalogue d’Amazon, je ferai apparaitre celui pour lequel je mettrai plus de temps à finir.

le nouvel encart qui montre ma lecture du moment.

En plus de mes lectures du moment, vous trouverez l’ensemble des livres, ebooks, et autres publications que j’ai déjà lu dans la page « lectures » dont l’url est http://www.jpehouman.com/lectures. Cette page existe depuis quelques temps, mais je viens de lui faire une petite toilette pour qu’elle ait une meilleure présentation. Je serai ravi d’avoir vos retours après l’avoir visité. Il est vrai que presque toutes ces publications sont en anglais. Mais, j’ai aussi pris le temps d’expliquer pourquoi je lis des publications en anglais dans ici. N’hésitez pas à me dire ce que vous souhaitez voir ou lire sur ce blog.

L’entrepreneur apprend sans cesse pour prendre de l’avance

La plupart des hommes apprennent de moins en moins, après leurs études (quelque soit le niveau). Pourtant, les grands entrepreneurs de notre époque sont tous unanimes sur le fait qu’ils n’ont jamais autant apris (de nouvelles choses) que lorsqu’ils ont décidé d’entreprendre. Et surtout que leurs succès tiennent àjpehouman.com : l'entrepreneur apprend sans cesse pour gagner de l'avance ce processus d’apprentissage permanent.

D’ordinaire, les gens restent dans la dynamique académique qui fait qu’ils apprennent seulement pour le travail à faire dans l’immédiat. Rares sont ceux qui entreprennent d’apprendre quelque chose de nouveau sur une longue période. C’est aussi le cas de bien des personnes qui après leur premier enfant, leur mariage, une promotion tant attendue, ne font plus beaucoup d’effort. Bien souvent ils arrêtent tout simplement.

Ce qui différencie l’entrepreneur des autres, c’est sa capacité à adopter de nouvelles methodes (efficaces), de nouveaux outils, une nouvelle langue, … Et pour y arriver, il accepte d’apprendre là ou il faut et ce, quelque soit le temps que ça prend.

Depuis un peu plus de 3 ans que je me suis lancé, j’ai appris pas mal de chose. J’ai beaucoup appris par exemple sur ce qu’est la TVA (son fonctionnement, ses origines, son rôle dans les finances de l’Etat, …), le développement personnel, le blogging (un vaste domaine), le rapport des hommes à l’argent, … Tout ceci a été possible grace à la lecture de magazine, ebooks, sites spécialisés. Et depuis un an j’apprends encore plus vite grace à mon Kindle (pour l’instant je me contente de l’application sur android).

Si vous avez décidé d’être un entrepeneur (il ne s’agit pas d’avoir la direction d’une organisation/entreprise/famille, mais de l’initier et d’atteindre des objectifs avec), vous gagnerez à apprendre sans cesse. La lecture doit devenir votre activité favorite. La lecture de magazines et de sites spécialisés de votre secteur d’activité a pour avantage de vous tenir au courant de ce qui est à la pointe et des travaux des analystes et des cabinets d’études. Ceci vous donne la possibilité d’anticiper dans votre secteur et donc de prendre de l’avance par rapport à bien de vos concurrents.