Retourner en Afrique et être acteur de la révolution technologique en cours

Ce matin encore des milliers d’ingénieurs africains de la diaspora se sont rendus à leur lieu de travail. Ils sont à New York, Paris, Tokyo, Sydney, … Ils ont surement pensé aux problèmes techniques de la veille à résoudre. Mais plus encore, ils ont cette forte envie d’être utiles à l’humanité en tant qu’innovateurs. Mais ce rêve reste irréalisable (en partie) tant qu’ils sont loin de cette révolution technologique qui se passe actuellement sur le continent africain.

Bien souvent, ils ont cette impulsion qui leur dit « prends tes clics et tes clacs et rentre au pays« . Mais à coté, l’actualité socio-politique « du pays » les ramène à la réalité. Cette réalité est mêlée de peurs et d’appréhensions (je ne serai qu’un technicien alors qu’ici, à l’étranger, je suis un cadre supérieur – j’aurai du mal à m’adapter à la manière de travailler – certains sont partis et on échoué …).

Et le temps passe. Les années arrivent à bout des ambitions et des désires du coeur. Avant qu’il ne soit trop tard, faites le pari.

  • Prenez plusieurs semaines/mois de vacance,
  • rendez-vous dans le pays africain de votre choix,
  • proposez ce que vous savez faire le mieux,
  • écoutez, apprenez et adaptez-vous aux exigences locales,
  • prenez du plaisir,

Et si les choses se passent mal,

  • retournez dans le pays étranger ou vous exerciez,
  • racontez votre histoire à ceux qui n’ont pas encore osé,
  • écrivez un livre (ne vous attendez pas forcément à un succès) ou tenez un blog.

Après ça, je pense que vous aurez envie de retourner pour recommencer l’aventure avec une vision plus claire. Tentez l’aventure technologique africaine. C’est maintenant que ça se passe.

 

 

Si j’avais 4 mots à adresser aux afritechpreneurs

IMPORTANT : afritechpreneur désigne un entrepreneur africain (quelqu’un qui vit ou travaille en/pour l’Afrique) des technologies.

À plusieurs reprises l’ont m’a demandé sur facebook ou twitter des conseils et topos pour commencer un buisness (dans les technologies) en Afrique. Pour la plupart ce sont des africains de la diaspora qui souhaitent rentrer et évitez le syndrome de l’entrepreneur hors-sujet. Mais à coté, de plus en plus de personnes vivant sur place projettent de se lancer dans une aventure entrepreneuriale. Avec les 4 conseils suivants qui sont plus ou moins spécifiques à l’Afrique, je vais donner des éléments de réponse qui sont intimement liés à ma propre expérience sur le terrain.

1. Commencer sans attendre, par exemple, la fin d’une situation politico-sociale à priori défavorable à l’investissement. Ses évènements sont partie intégrante de notre vie en Afrique car le continent est jeune. Il faut savoir les accepter et s’organiser pour travailler dans les conditions qu’ils nous imposent. Vous ne serez jamais aussi prêt que lorsque vous aviez décidez la première fois d’entreprendre. C’est à ce moment-là que votre optimisme est à son plus haut niveau. Commencer, c’est aussi prendre le temps de recueillir des informations sur ce dont a besoin la tranche de la population pour laquelle vous avez décidé de lancer votre produit/service.

Quoi qu’il arrive vous ferrez des erreurs (et même de grosses erreurs). Il n’y a pas lieu de s’affoler lorsque cela survient. Bien au contraire ce sont des occasions qui vous permettent d’en savoir plus sur vous même, vos capacités et vos limites.

En Afrique (et surement dans d’autres régions du monde aussi) certaines choses fonctionnent à un rythme qui peut paraitre assez lent lorsqu’on vient de l’occident. Vous gagnerez donc à entamer des procédures et démarches le plus tôt possible. C’est aussi l’occasion de vous constituer un excellent carnet d’adresse.

2. Construire une communauté

Le canal publicitaire le plus puissant en Afrique est le bouche-à-oreille. Prenez donc le temps de parler de vos produits au gens qui vous entourent en n’hésitant pas à leurs donner des échantillons. Si vos finances vous le permettent, recrutez des personnes qui pourront passer dans les lieux publiques pour en parler (s’il s’agit de produit grand publique).

3. S’entourer de partenaires

Bienvenu dans la partie du monde ou l’on ne peut presque rien réussir tout seul. Il faut vous entourer de personnes/entités déjà présentes localement et qui bénéficient d’un minimum de crédibilité auprès de la population.

4. Servir vos clients

Démarquez-vous de vos concurrents en vous mettant au service de vos clients. Mon expérience me permet de dire que dans les différents secteurs économiques, le client n’est pas roi en Afrique. Bien entendu, quelques acteurs font des efforts. Mettez-vous au service de vos clients. Acceptez leurs caprices, vous en ferrez des commerciaux pour votre produits.

il y a bien entendu d’autres mots que pourrai adresser aux futurs afritechpreneurs. Si, vous aussi avez envie de partager votre expérience, n’hésitez pas à le faire en commentant ce billet.

Du manque d’applications web et mobiles afro-africains vers une africa web/apps store

« En informatique, une application Web (aussi appelée site  WebApp) est un logiciel applicatif manipulable à partir d’un navigateur Web. De la même manière que les sites Web, une application Web est généralement placée sur un serveur et se manipule  l’aide d’un navigateur Web, via un réseau informatique (Internet, intranet, réseau local, etc.). » – Wikipedia.

Il y a quelques semaines je me demandais pourquoi nous avions si peu d’applications Web/mobile produites par des africains d’une part et des applications résolvant des problèmes spécifiques au contexte africain d’autre part. En plus de mon expérience personnel, j’ai effectué des appels à témoin dans la semaine qui vient de s’écouler via Twitter et facebook. Voici un résumé de ce qu’il en ressort :

Des pays sur liste noire

Les réseaux mobiles de certains pays d’Afrique tels que la Côte d’Ivoire n’ont toujours pas accès aux Apple App Store et autres appShop. Vous pouvez donc posséder un Iphone dans ces pays sans pouvoir profiter des quelques 350 000 applications de l’App Store. Il en est de même pour l’android market. Avec cette situation, les développeurs locaux ne risquent pas de se lancer dans la production d’applications pour ces plateformes.

Du coté des Opérateurs (les Telcos)

Les opérateurs mobiles sont désormais au coeur de l’activité économique dans les pays africains. Vous trouverez très peu d’événements dans lesquels ils ne sont pas sponsors ou partenaires. Ils ont donc le « pouvoir » de toucher une grande partie de la population en très peu de temps. Malheureusement il existe très peu d’actions qui visent à encourager le développement d’applications spécifiques à l’Afrique. La plupart des opérateurs ne possède à ce jour pas de politique/projet qui vise à mettre à disposition des utilisateurs, des applications développées par des développeurs locaux. Un projet comme Orange Tunisie AppShop gagnerait à être répliqué. Tout le monde en sortirait gagnant. Pour les opérateurs c’est une opportunité d’avoir une source de revenu supplémentaire sans réellement produire. Pour les développeurs c’est une occasion de vivre de leur art. Pour les utilisateurs, un choix de plus en plus large et enfin pour l’industrie dans sont ensemble cela ne peut être que bénéfique. Pour l’instant, la majorité des opérateurs mobiles préfère produire eux même leurs propres applications.

Les développeurs

Bon nombre de développeurs africains n’ont pas encore la mesure du changement qu’ils peuvent apporter à leur environnement en produisant des applications simples mais utiles pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne en Afrique. L’Afrique du Sud, le Nigeria, et maintenant le Kenya et le Ghana font partie des quelques pays ayant entrepris la « révolution des développeurs africains« . Pour la campagne électorale de l’élection présidentielle au Nigeria par exemple, le Candidat (et désormais Président) Goodluck a utilisé une application mobile qui fonctionne sur la plupart des smartphones. L’Ong Ushahidi possède une application mobile et un SMSSync.

Initiatives à promouvoir et à répliquer

  • Apps World Africa : Vise à explorer le capacité des applications à soutenir le développement dans les pays du tiers-monde.
  • PivotEast : un concours pour les développeurs d’application de l’Afrique de l’Est
  • Apps<4>africa : est un concours qui vise à mettre en lumière le talent des développeurs locaux du Kenya, de l’Uganda, du Rwanda et de la Tanzania et à exposer leurs capacité à utiliser les technologies pour un meilleur monde.
  • Android Developer Challenge – Afrique Subsaharienne : Afin d’accompagner les programmes de développement des développeurs africains, Google lance le concours Android Developer Challenge pour l’Afrique subsaharienne avec, à la clé, des récompenses pour les meilleures applications pour mobile. les gagnants des différentes catégories et chacun recevra 25 000 dollars américains
  • MobileHackAf : marathon de développement d’applications mobiles pour les pays d’afrique francophone.
  • ….

Des pistes

  • Certaines start-up et entreprises technologiques africaines sont déjà à mesure de produire des applications à fort impact. Il serait assez intéressant que les opérateurs mettent en place une procédure qui vise à valider et à intégrer les applications développées par des tiers.
  • Les Ong, associations et autre groupements actifs des technologies devraient aussi se rapprocher des opérateurs pour leur soumettre des campagnes de sensibilisation et de formation pour les développeurs locaux.
  • Les ingénieurs et développeurs expérimenté de la diaspora devraient partager leurs expériences.
  • Pour ma part je m’engage à organiser des sessions de formation dans la ville d’Abidjan (et éventuellement dans d’autres villes, si le temps et les moyens le permettent.) pour emmener les développeurs locaux à produire leurs propres applications en se basant sur les spécifications des différentes plateformes (Android, app store, …). Un challenge à la clé ne ferait pas de mal. Pour un tel projet une collaboration avec l’un des opérateurs mobile est nécessaire.

Finalement, J’ai décidé de lancer AFRICAPPSTORE, un portail pour présenter les applications web et mobiles développées pour l’Afrique. Pour l’instant il n’y a que la version en anglais qui est disponible.

18 recommendations to those in the African diaspora wanting to get involved in the technology sector back home

I wrote this post in french. It has been translated by John James (BBC Correspondent, Ivory Coast). John is the guy behind the Drogbas’s Country blog.

If you’re part of the African diaspora and you want to do business back home, I’d be one of the first to encourage you. Having done the same thing myself, I’ve been able to identify several things that will boost your chances of success, or at least reduce the risks of failure. The advice that I’ve written below come from personal experience. These won’t of course be exhaustive or apply to every situation, but I think you’ll find them useful as a starting point.

From 2005 to 2008 I worked as an application developer and then a research and development engineer with Java/J2E with a focus on mobile technology and the web. I gained particular experience in the banking, energy and media sectors. Then, I made the leap to start my own business. I’ve been business-minded since college, at school and during my university studies. But till then, these had been actions with friends and held little financial risk. Creating my start-up in France was made easier thanks to some training given by the Chamber of Commerce in Creteil (south east Paris). But when it came to setting up the business in Cote d’Ivoire, there were a number of obstacles.

It’s then I had to study for what I call my “MBA in on the ground IT business in Africa”. I always thought that it would take at least three years to really get to know the business environment in which I was launching. I knew that no formal academic study would give me the knowledge I would need. So, I decided to get stuck in at the coal face. Instead of being a mere spectator, I launched AllDeny and then the NGO Akendewa. I plan to come back on my journey in another series of articles.

Below you’ll find a non-exhaustive list of the things that are worth bearing in mind to avoid the mistakes that I made:

Set yourself up as a sole trader

You can set your business up as a limited liability company and get more credibility with the big players in your country. But how much is the extra credibility really worth if you don’t have any income at the start? If you’re an entrepreneur, it means that you know about taking calculated risks. Believe me, you’ll gain by committing the minimum amount of money possible at the start while you deepen your knowledge of the business environment in the country you’ve chosen. The taxes and other charges are very high in the majority of African countries, above all in francophone Africa.

In the case of Cote d’Ivoire for example, you’ll have to spend at least 2,000,000 fcfa (around 3,000 euros) to properly set-up your company, whereas with a sole proprietorship, the start-up costs won’t be anymore than 100 euros (65,000 cfa). To avoid later tussles with the tax officials, do everything you need to, to have traceable receipts. In Cote d’Ivoire, these are called “factures normalisées”.

Take the time to study your sector

You can’t just export an idea that works well in the West and think it’ll be an automatic success in Africa. Africans have very different ways of living and thinking. There’s no point for example setting up a payment service that uses voicemail, because in Africa, very few people use their voice mail – almost none are activated. However sophisticated and well-developed your technological solution is, it won’t succeed if it’s out of step with local needs. Of course, you can always create new needs and change the way your future consumers behave, but believe me, the risk of failure will be high, as will the costs if you need to educate and change your potential customers.

If your business offers a service for local enterprises, I advise you to come up with several different input forms so that your clients can clearly communicate to you their needs. The majority of small and medium sized businesses in Africa find it difficult to clearly grasp their technological needs. Unlike Europe or America, company bosses may not even a minimum understanding of technology and may not be able to describe what they need.

One of our clients once asked us to find a dedicated server for their website. After several conversations, I realised that he had wanted to carry out certain Unix commands on the shared server that hosted his site. But he found that he didn’t have permission to carry out these commands. If we’d have set-up a dedicated server, we could have sent him a large bill and made a healthy profit. But, the client in question would then have faced numerous security issues which would have required a degree of skilled intervention and extra cost that in fact was totally unnecessary. You can imagine how our relations would have then deteriorated, without even discussing the poor reputation that we could then have gained.

When coming back to your home country, don’t hesitate to bring your old equipment with you

This will help you to avoid looking for equipment in a place where the prices will be far higher and the selection limited. For example, if you need a particular type of printer, it’s far from clear that you’ll find the one you need in your homeland. Arriving already equipped is also a way to save money while at the same time making sure you have the best equipment. In country, you also risk finding equipment that has a host of hidden problems.

It’s worth being aware that the taxes on IT equipment are very high in certain African countries. Kenya is the exception in this domain thanks to a clued-up government. But most countries including Cote d’Ivoire use IT equipment imports as a way to increase tax revenue, something that has a big impact on the price of these goods. This situation doesn’t look like it will end soon as countries depend heavily on these customs duties.

Sub-let your office from another business or individual

There are quite a few businesses and individuals who have space to spare. If you decide to rent your own office (equally for your home), you’ll have to pay at least five months rent upfront as a deposit. There’s no shame in lodging with someone else. On the contrary, this will help you concentrate on the key thing; the service that you intend proposing to the market.

Africa could benefit by copying the garage start-ups in the US (e.g. Apple). Like in the 1970s with the PC and the 1990s with the internet, this current decade will see technology giants come from obscure beginnings. In Kenya there’s already the example of Ushahidi, which was set-up in 48 hours by David Kobia and which has since become a veritable gold mine.

Take on the services of a cook for your and your team’s meals

If you have at least five people in your business team, it’s a good idea to employ the services of someone to shop and cook your meals. Of course, this person will take a cut and you’ll need to watch out for overcharging. But still, these sorts of services are more and more popular in Africa’s main cities. Take the time to establish things on a good basis and help everyone participate in the choice of meals. If you can make the process fun, your collaborators will enjoy getting involved. Some of them will even bring along vegetables and fruits as their contribution.

Avoid signing staff contracts in the first year

At the start, it is best to employ your staff on a freelance basis. Avoid establishing fixed contracts. Of course, you shouldn’t keep your staff in a precarious position. But experience shows that our homelands aren’t overflowing with a strong professional ethic. The majority of employees only pick up such things when they’re in their first year of employment.

There is also a big problem with regards to the respect (even understanding) of the idea of upholding delivery schedules. Certain people struggle to understand that you can lose a contract (even one already signed) if delivery is late.

Put in place a transport budget

This will avoid hearing “boss, I didn’t have enough money to come to work”. The key idea here is to send a strong signal to your colleagues so that they understand the importance of being conscientiousness. Take the time to work out how each employee comes into work in order to help decide the best way for him/her to get there. Even better, you can give them an advance each week equal to the transport costs for that period.

There are also possibilities for providing transport. Find out if you can sign-up to something for your workers. It might also be possible to set-up car-sharing schemes for the company. Encourage those who transport their colleagues with fuel vouchers and other gifts. It’s the thought that counts. This can also help improve the team spirit at the business.

Personally, I don’t hesitate to transport my collaborators all the way to their homes. It’s a good occasion to chew the fat and get to know each other. But be careful not to go too far in your relations outside of work. This can turn against you. Don’t use your employees to do your personal errands – don’t abandon the positive things you picked up in the West. Your employees aren’t your domestic servants or your personal assistants, unless you’ve specifically employed them for this.

Use free software

I’ve seen that even the largest companies in Africa often use pirated versions of Windows and others software without a licence. It’s best to avoid these sorts of practices – if your produce is aimed at western markets, you’ll run into the problem of using unlicensed software. If you don’t have the means, use free software. You’ll need to put in a bit of time to get up and running on the free software. But you’ll make important savings. If you haven’t had experience of this software before, do your research and put in the effort in the first month to really get to know these tools.

There are numerous schools in our countries training competent users of these free software tools and this is an opportunity to seize. I’m not saying that you need to abandon other software, but as the next section makes clear, you need to be a role model in your organisation. If you haven’t the money to pay for software, it’s best to use free software legally. Coming from the diaspora, you shouldn’t be one of those promoting violations of copyright and intellectual property.

Keep in mind that you represent a leadership role model

As an African entrepreneur, you should keep in mind that you represent a leadership role model. Africans are little by little starting to become interested in leadership outside the domain of politics. You have a responsibility to embody the moral values that others that come after you can follow.

Personally, I started an adventure to build the local IT community at the same time as my professional activity in Abidjan. With 10 local entrepreneurs, we put in place Akendewa to “emulate the mobile and internet industry in Africa”. At the beginning this was just a simple gathering of people passionate about technology, but it’s become a real platform which has had an impact in almost every part of life in Africa. We were able to save lives thanks to the #civsocial project and we keep encouraging the technological activities of companies and individuals. You have the possibility of being part of such a movement, which exist in each African country.

Unless you’ve got tons of energy and a plan over several years, I would advise against setting up a new association or club in the country you decide to invest in. Just get involved with what’s already in existence and launch initiatives under its banner. If you can’t find an association that fits, then perhaps you can launch your association/organisation/club. But as soon as you’ve started, be ready to respond to the concerns of everyone who takes an interest in the initiative. Among these people you’ll find the right people to help you with your own projects.

One morning in 2010, I received a message from a certain Cyriac Gbogou. He wanted to encourage me in my work with Akendewa and also Yefite!, a community guide to great African hotspots that we launched under the AllDenY banner. In fact, he’d been following our online activities for a while and had decided to join forces with us. After several exchanges on Facebook, he started to work on behalf of Akendewa without having met any of its founder members. Several months later, everyone who knew about Akendewa knew Cyriac and how much he’d taken on board the vision of the organisation.

Be careful of espionage

Do be careful with the work you’re undertaking. A common practice is that people get themselves employed somewhere just to know what you’re doing and then to copy it. It boils down to espionage. Protect yourself from your colleagues by giving them access only to the information they need to carry out their work.

The art of delegation is of course one of the key things for any entrepreneur to cultivate, but if you create software and applications, I advise you to write the initial code yourself and then make use of an API that your collaborators can then use. With time, you can identify those you can see yourself working with for a long time, and open a bit more your secrets.

In any case, you do of course need to give your colleagues what they need to help advance the work. It’s not about holding back all the information – something that will lead to inevitable failure.

Don’t move back to your home country

I imagine that you may be shocked by this one. Me too. But the truth is that you have more chance of success in a country that isn’t your own. This doesn’t mean you’re forbidden from returning to your home country as your investment destination. When you head back, the family will be very happy to see you. But without wanting to, they can then become a distraction to you and stop you achieving your objectives. You risk losing time by meeting their needs at the same time as trying to make your business function.

And, let’s be honest, in Africa the entrepreneur is often considered as the big boss. Any big boss will of course have a certain financial power, so people think you’ve got plenty of resources. You’ll have a hard time explaining that you’re trying to create value and not expenses.

Personally, I’ve had some difficulties with certain members of my family who struggle to accept that they may see me on television talking about IT before I’ve passed by to spend a day with them visiting. Where it’s possible, I do try to meet as many people as possible. But if – like me – you have a large family, you risk losing a lot of time. It’s best to keep these visits to your holiday periods.

There are some countries in Africa that are more dynamic when it comes to IT than others. When I think about the evolution of the sector and the plans drawn up by different countries, it’s clear that certain countries will be more propitious for start-ups. If you don’t have too much money at the start, I advise you to head to one of the countries that I’ll recommend in a future article called “The diaspora and the IT ecosystem in Africa”.

Never trust verbal agreements

This applies to your collaborators as well as your eventual partners and local clients. Voluntary amnesia is a common disease. Keep a physical record of the agreements you draw up – it will help you avoid later disappointments.

When you present the written agreements to your collaborators and partners, they’ll see how important you regard the promises. The step of drawing up the agreements will show your seriousness and oblige your collaborator to make sure they fulfil his/her part of the deal. If you don’t do this and leave your collaborators fairly free, you’ll find that they’re not very committed to the work. But if you take the time to write things down in an official document, you’ll be surprised by the difference in productivity. It’s not a question of exploiting people. For example, with the heat in Africa you will need to allow your collaborators to take at least an hour for lunch.

Make sure you get hold of a copy of the law on the workplace in the country that you move into. Contrary to what some people think, the judicial administration in most African countries is very zealous when it comes to the non-respect of professional contracts. You’ll need to make use of a legal advisor in case of problems.

Keep you project plans secret

Don’t give away your project plans to someone who says they’ll find you local markets or international partners. Keep secret your implementation plan. Draw up project presentations that are clear, but don’t expose this level of detail. Certain people will have no scruple in using your documents as if they’d written them themselves. And when the damage is done, you will have little chance of upholding your property rights.

I can remember an unfortunate incident that happened to a Swiss entrepreneur originally from Cote d’Ivoire, who had updated a computer with an operating system based on Unix (the same base as Linux and mac OS). I spoke to him in August 2009 in Abidjan. And during the presentation of his product at Hotel Ivoire in Abidjan, he had one of his three prototypes stolen despite the presence of security.

Say goodbye to poor collaborators

Without any hesitation and for the fundamental survival of your business activity, say goodbye to collaborators who don’t respect working hours, deadlines and the rules that you establish. Any indulgence for incompetence will cost you dear. Unless you have a big budget for training your collaborators, don’t waste time with personnel who don’t bring much to the business.

Technology is a sector that’s part of a global market. Even if you’re in Africa, your competition could be European, American or Indian. I know of several European companies that create application for Africans. And coming from the diaspora, you know that these European details pay plenty of attention to the details.

Even if your solutions are simple, try to avoid spending time supporting your staff in their work. For this, work with collaborators who know the importance of doing a good job. They should be ready to take the time to document almost all that they plan to accomplish.

Don’t come back to settle in your homeland

In any case, not in the first year. This could seem like it’s against the spirit of getting involved in entrepreneurship in Africa, but it’s best to be honest. Africa is an incredible continent. But someone who left several years ago will have undergone some sort of modification in the way they see things back home. I wouldn’t say that he’s forgotten everything, but several years in a new environment changes you.

To avoid disillusion, entrepreneurs from the African diaspora should take the time to rediscover Africa. Personally, I started with visits of 3-4 weeks per year. Four years later, the weeks have become months. You need to take the time to make real contacts and develop a strong understanding of the market. Most importantly of all, you’ll come to understand the “new needs of Africa”. It’s these new needs that you should help answer with your business. Once you’re aware of them, you are in a stronger position to decide on the merits of a definitive return home.

Stay humble and respectful, but not submissive

Once you go back, you’ll find that some people will try to catalogue you as “their kid” and will want you to call them “big brother” or “big sister”. Don’t let these people influence your decision making.

Where possible, try to find a balance in your relations with people. Don’t hesitate to return favours – perhaps people will say that they help you for nothing, but as an entrepreneur you know that nothing is for free. Being prepared to say ‘No’ won’t lose your friends if these people respect you. On the contrary, when someone distances themselves from you because you said no, you are separating yourself from someone who would have slowed down your progress and reduced your professionalism.

Keep a blog

As incredible as it may seem, Africa needs you as a content producer. The different sections of IT in Africa are very poorly documented. It’s difficult to know what’s going on. By keeping a blog, you are providing information that will be invaluable to others. What do you gain? Everything! You’ll have the chance to position yourself as an expert of the section that you yourself have chosen. You’ll agree with me that an entrepreneur who knows the ins and outs of his sector will have a future advance over (future) competitors.

Take the time (25 – 40 minutes each day) to write about what’s happened. After several months, you’ll see that what you have written constitutes a real resource of knowledge.

Personally, two years ago, I reoriented my personal website (this one) towards blogging to share my entrepreneurial experiences with other internet-users. This has allowed me to build contacts throughout Africa, even Anglophone Africa. Even if the blog is in French (I did try initially to publish in English, which lasted several months), numerous English-speaking readers and entrepreneurs in Anglophone Africa read what I write thanks to Google Translate. Some have even told me that they translate my tweets. We are of course talking about my publications on IT in Africa and my initiatives. The result of this interest is that I will soon be one of the speakers at the Mobile Web Africa conference, which is the most important mobile event on the continent. This will allow me to make known what we’re up to.

Get involved in mobile technology

Keep an eye out on this blog for a new series of articles entitled “The diaspora and the IT ecosystem in Africa”, in which I’ll speak about the opportunities offered by mobile technology in Africa. I’ll use this to get into the detail of the biggest technological industry in Africa. I also plan to speak about what’s going on in Kenya, Nigeria, South Africa and some French-speaking African countries.

Conclusion

Africa can appear to be difficult terrain for entrepreneurs. Yet, it’s the place where the ROI (Return On Investment) is the largest in the world. Everything depends on the way in which you can attract the confidence of the main operators and also your capacity to adapt to the different habits.

As I said at the start of this post, there are obviously numerous recommendations that could be made and I’m interested in hearing your own. Don’t hesitate to comment on this post with your recommendations or suggestions to people in the diaspora who are thinking of coming back home for business.

 

 

 

18 recommandations à la diaspora qui souhaite entreprendre dans les technologies en Afrique

Si vous êtes africain de la diaspora, et que vous souhaitez entreprendre « au pays », je ne peux que vous encourager. Ayant moi même fais le pas, j’ai pu identifier des éléments qui favorisent le succès, ou du moins ceux qui diminuent les risques d’échec. Les recommandations que j’ai identifiées ci-dessous sont issues de mon expérience personnelle. Bien qu’elles ne soient pas exhaustives et universelles, je pense qu’elles constituent un bon point de départ.

De 2005 à 2008 j’ai travaillé en tant que développeur d’applications puis ingénieur d’études et développement sur les technologies Java/J2E liées au mobile et au Web. Cela m’a permis de connaître les domaines fonctionnels de la banque, de l’énergie et des médias. Par la suite, j’ai décidé de créer ma propre boite. J’ai toujours été entreprenant au collège, au lycée et pendant mes études universitaires. Mais jusque là il s’agissait d’actions associatives sans risque financier. Monter ma boite en France fût assez facile grâce à une formation délivrée par la chambre de commerce de Créteil. Mais lorsqu’il a fallu monter une entreprise en Côte d’Ivoire, j’ai dû surmonter de nombreux obstacles.

J’ai alors eu à passer ce que j’appelle mon « MBA Entrepeneuriat Technologique du Terrain pour l’Afrique« . En effet, je me suis toujours dit qu’il me faudrait au moins 3 ans pour mieux comprendre l’environnement dans lequel je souhaitais m’aventurer. Je suis ainsi parti sur la base selon laquelle aucune formation académique ne pourrait me faire atteindre cet objectif. J’ai donc fait la démarche en allant sur le « terrain ». Et au lieu de rester spectateur, j’ai lancé AllDenY puis l’Ong Akendewa. Je reviendrai sûrement sur ce parcours dans une autre série d’articles.

En Novembre 2007, je suis revenu pour la première fois en Cote d’Ivoire après 7 ans d’absence. J’y ai passé 3 semaines et je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire dans le domaine des technologies. L’année qui a suivi, sans grands moyens, j’ai décidé de créer une start-up en espérant faire des bénéfices assez rapidement. La première activité de cette boite était de mettre en place une équipe de développeurs pour mes clients se trouvant en Europe.

Ci-après une liste (non exhaustive) de points à prendre en compte pour éviter les erreurs que j’ai pu commettre :

Enregistrez-vous en entreprise individuelle

Vous pourriez vous installer en SARL pour avoir la crédibilité auprès des grands comptes locaux. Mais que vaudra cette crédibilité si aucune entrée d’argent ne se fait dans les premiers mois ? Si vous êtes entrepreneur, c’est que vous avez conscience que vous devez prendre des risques calculés. Croyez-moi, vous gagnerez à impliquer le minimum d’argent avant d’avoir une connaissance approfondie de l’environnement des affaires dans le pays que vous aurez choisi. Les taxes et autres impôts sont très élevés dans la plupart des pays (surtout en Afrique Francophone).

Dans le cas de la Côte d’Ivoire, par exemple, vous devriez débourser pas moins de 2.000.000frcfa (environ 3.000€) avant que votre entreprise ne puisse fonctionner dans les normes. Alors qu’avec une entreprise individuelle, vous ne dépenserez pas plus de 100€ (65.000frcfa) au cas où votre entreprise est créée en Côte d’Ivoire. Pour évitez les ennuis avec l’administration fiscale, effectuez les démarches nécessaires pour obtenir tout ce qu’il faut afin de pouvoir émettre des factures traçables. En Côte d’Ivoire, elles sont appelées « factures normalisées ».

Prenez du temps pour étudier votre secteur d’activité 

Vous ne pourrez pas juste exporter un concept occidental en Afrique et espérer qu’il ait du succès. Les habitudes des africains sont très différentes de ceux des occidentaux. Vous ne pourrez, par exemple, pas mettre en place un service payant fonctionnant à partir de la messagerie vocale pour les particuliers. Tout simplement parce qu’en Afrique, l’on n’utilise peu la messagerie vocale. Rare sont les africains qui activent leur messagerie vocale.

Votre solution technologique, aussi sophistiquée et fonctionnelle soit-elle, ne pourra rencontrer le succès si elle n’est pas en phase avec les besoins locaux. Vous avez toujours la possibilité de créer une nouvelle habitude. Mais vous conviendrez avec moi que le risque sera très élevé et il vous faudra dépenser beaucoup d’argent pour éduquer les utilisateurs.

Si votre activité implique des prestations de service pour des entreprises, je vous conseillerai de mettre en place plusieurs formulaires (avec chacun un spécimen rempli) qui aideront vos clients à soumettre clairement leurs attentes. La plupart des PME en Afrique ont un peu de mal à exprimer clairement leurs besoins technologiques. Contrairement à l’Europe ou l’Amérique, les responsables des entreprises n’ont pas forcément le minimum de connaissance des technologies afin de savoir ce qui leur faut.

L’un de nos clients nous a une fois demandé de lui trouver un Serveur dédié pour son seul site web. Après plusieurs échanges, je me suis rendu compte qu’il avait souhaité exécuter des commandes Unix sur le serveur mutualisé sur lequel se trouvait son site. Sauf que les accès qu’il avait ne lui donnaient pas le droit d’exécuter ces commandes. Le problème a été résolu en autorisant juste ces commandes pour ses accès. L’on aurait pu lui faire prendre ce serveur dédié et gagner une grosse commission au passage. Mais, le client en question serait alors face à de nombreux problèmes de sécurité nécessitant une compétence qu’il n’aurait pas pu se payer. Vous imaginez la suite de nos rapports dans ce cas-là ? Que dire de la mauvaise étiquette qui nous aurait été collée ?

En revenant au pays, n’hésitez pas à vous munir de votre matériel d’occasion reconditionné

Cela vous évitera d’être à la recherche de matériel, car sur place les prix sont très élevés et le choix en matière de matériel informatique peu étendu.
Par exemple, si vous avez besoin d’un type particulier d’imprimante, vous n’aurez pas forcément la chance d’en trouver au pays.
C’est aussi une occasion pour vous de faire des économies tout en acquérant du bon matériel. Sur place, ce sera trop tard car vous pouvez tomber sur du matériel comportant des vices cachés.

Il faut également savoir que les taxes sur le matériel informatique sont très élevées dans certains pays. Le Kenya reste une exception compte tenu de sa politique incitative. Par contre les pays comme la Côte d’Ivoire souhaitent faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat à travers ces taxes, ce qui a une grande influence sur les prix de plus en plus élevés. Cette situation risque de perdurer car l’État compte énormément sur les taxes douanières pour sa relance.

Sous-louez un bureau dans les locaux d’une entreprise déjà installée ou chez un particulier

Il y a pas mal d’entreprises et de particuliers qui ont de l’espace non exploité. Il faut savoir que si vous décidez de louer directement un bureau (la même chose s’applique pour les logements) vous aurez à payer pas moins de 5 mois de caution. Il n’y a pas de honte à être hébergé. Bien au contraire, cela vous donne le temps de vous organiser et de vous concentrer sur l’essentiel : le service que vous venez proposer.

Contrairement à l’Europe qui n’a pas vu passé son époque des « start-ups sorties du garage, comme les USA, l’Afrique a là son opportunité. En effet, comme au début des années 70 avec l’ordinateur personnel, et au milieu des années 90 pour l’Internet, cette deuxième décennie qui commence va voir naître des géants sortis de très bas. Au Kenya, c’est l’exemple de Ushahidi qui a été mis en place en 48h par David Kobia avant de devenir au fil du temps une grosse mine d’or.

Offrez-vous un traiteur pour vos repas et ceux de vos collaborateurs

Si vous êtes plus de 5 membres de l’entreprise, vous gagnerez à utiliser les services d’une personne, moyennant un petit intéressement, pour “faire le marché” et préparer vos repas. Gardez juste en tête que “faire le marché” implique des “retenus”. Il s’agit de la monnaie qui ne vous reviendra jamais. A vous de connaître le juste prix et d’évaluer les dépenses avec votre prestataire.

Par Wayan Vota

Ces services de traiteurs personnels sont de plus en plus répandus dans les capitales africaines. Je vous conseillerai de prendre le temps d’expliquer à vos collaborateurs leur bien-fondé. Faîtes-les participer au choix des plats à l’avance. Si vous arrivez à rendre le processus amusant, vos collaborateurs seront eux même très engagés. Certains n’hésiteront pas ramener des légumes et des fruits en guise de participation.

Évitez de signer des CDD ou CDI dans la première année

Au commencement, il est plus judicieux de prendre des collaborateurs en contrat freelance. Evitez donc de signer des CDD ou CDI à vos employés.
Attention, il n’est pas question de mettre des personnes dans une situation de précarité! Mais force est d’avouer que la conscience professionnelle n’est pas une chose qui est automatique dans nos pays. Du coup la plupart des gens l’apprennent seulement durant leurs premières années (d’embauche).

Il existe aussi un gros problème quant au respect (je dirai même “la compréhension”) des délais de livraison. Certaines personnes n’arrivent pas à comprendre que vous puissiez perdre un marché (que vous aviez déjà conclu) suite à des retards de livraison.

Mettez en place un budget transport

Vous éviterez ainsi d’entendre “chef je n’ai pas d’argent pour me rendre au travail”. L’idée ici est d’envoyer un signal à vos collaborateurs afin qu’ils comprennent l’importance de l’assiduité. Prenez le temps de « tracer » l’itinéraire de chacun de vos collaborateurs pour définir avec lui le meilleur trajet à utiliser. Pour être plus efficace, vous pouvez leur remettre à l’avance l’équivalent les frais de déplacement comptant pour une semaine.

Il existe aussi des transports en commun pour travailleurs. Renseignez-vous afin de souscrire des abonnements pour vos collaborateurs. Dans la mesure du possible, organiser le covoiturage dans votre entreprise. Encourager ceux qui acceptent de conduire les autres avec des bons pour leur carburant ainsi que divers petits cadeaux. C’est le geste qui compte. Le covoiturage a pour avantage d’améliorer l’esprit d’équipe que vous souhaitez voir régner dans votre entreprise.

Personnellement je n’hésite pas à ramener mes collaborateurs jusqu’à leurs domiciles. C’est l’occasion de discuter de choses de la vie afin de mieux se connaître. Mais attention à ne pas aller trop loin dans les rapports hors cadre du travail. Cela risque de se retourner contre vous. N’utiliser pas vos employés pour faire vos courses personnelles. C’est là qu’il faut ressortir les choses positives que vous avez apprises en occident. Vos employés ne sont pas vos domestiques ou vos assistants personnels à moins que vous n’embauchiez quelqu’un pour ces tâches particulières.

Utilisez des logiciels libres et gratuits

J’ai pu remarqué que même les plus grandes entreprises dans nos pays utilisent des versions piratées de Windows et d’autres logiciels pour lesquels ils ne veulent pas acheter la licence. Il vaut mieux éviter cela car si vos productions s’adressent aux marchés occidentaux, le problème d’acquisition de ces licences se posera. Si vous n’avez pas les moyens, utiliser les logiciels libres et gratuits. Un investissement en temps peut être nécessaire. Mais dans tous les cas vous économiserez. Si vous ne vous y connaissez pas, n’hésitez pas à vous renseigner et surtout à consacrer le premier mois de votre installation à la prise en main de ses outils.

De nombreuses écoles, dans nos pays, forment des techniciens capables de travailler sur les logiciels libres : voilà une opportunité à saisir. Je ne dis pas de mettre de coté les logiciels payants, mais comme l’indique le point qui suit, vous êtes finalement un modèle de leadership à travers votre entreprise. Et si vous n’avez pas les moyens de vous offrir un logiciel payant, il vaudrait mieux vous tourner vers des logiciels libres et gratuits.
Venu de la diaspora, vous ne devriez pas être la personne qui promeut les violations des droits d’auteur et de la propriété intellectuelle.

Gardez en tête que vous représentez un modèle de leadership

En tant qu’entrepreneur africain, vous devez gardez en tête que vous représenter un modèle de leadership.Les africains commencent peu à peu à s’intéresser aux formes de leadership autres que celles de la politique. Vous avez donc la responsabilité de véhiculer des valeurs morales sur lesquelles vos suivants devront s’appuyer.

Personnellement je me suis lancé dans une aventure communautaire en parallèle avec mon activité professionnelle à Abidjan. Avec 10 entrepreneurs locaux, nous avons donc mis en place Akendewa pour « émuler l’industrie de l’Internet et du mobile en Afrique ». Ce qui au départ n’était qu’une simple organisation pour passionnés des technologies, est devenu une véritable plateforme qui permet à ces acteurs d’agir dans tous les domaines de la vie en Afrique. Nous avons ainsi pu sauver des vies grâce au projet #civSocial et n’arrêtons pas d’encourager les initiatives technologiques des entreprises et des individus. Vous avez la possibilité de rejoindre un tel mouvement car il en existe dans chaque pays Africain.

A moins d’avoir beaucoup d’énergie et un plan sur plusieurs années, je ne vous conseillerai pas de créer une association ou un club supplémentaire dans le pays que vous aurez choisi. Vous aurez juste à intégrer un déjà existant et à lancer des initiatives sous son couvert. Si vous n’en trouvez pas qui vous corresponde, alors vous pouvez aisément lancer votre propre association /organisation/club. Mais dès lors que vous êtes lancé, accepter de répondre aux préoccupations de chacune des personnes qui s’intéressent à vos initiatives. C’est parmi ces personnes là que se trouvent celles qui porteront vos projets.

Un matin de septembre 2010, j’ai reçu un message d’un certain Cyriac Gbogou. Il souhaitait m’encourager pour Akendewa et pour Yefite!, le guide Communautaire des bons endroits africains que nous avons ouvert chez AllDenY. La vérité c’est qu’il suivait nos activités en ligne depuis un moment et venait de décider de se joindre à nous. Après plusieurs échanges sur Facebook, il a commencé à travailler pour akendewa sans avoir rencontré un seul de ses membres fondateurs. Quelques mois plus tard, tout ceux qui connaissent Akendewa, savent qui est Cyriac tant il s’est approprié la mission et la vision de l’organisation.

Faites très attention à l’espionnage

Prenez des précautions vis-à-vis de ce que vous réalisez. Une pratique courante est que des personnes se font embaucher juste pour savoir ce que vous faites afin de vous copier : en gros c’est de l’espionnage. Protégez-vous de vos collaborateurs en leur donnant accès, uniquement, aux informations dont ils ont besoin pour travailler.

L’art de savoir déléguer est certes l’une des choses les plus importantes que l’entrepreneur doit cultiver, mais si vous créer des logiciels ou des applications, je vous conseillerai par exemple d’écrire vos premiers programmes vous même puis de mettre en place une API que vos collaborateurs pourront étendre. Et avec le temps, vous pourrez identifier des collaborateurs disposés à aller loin avec vous. À ces derniers, vous pourrez ouvrir peu à peu vos portes secrètes.

Dans tous les cas, il faudra que vous mettiez à disposition tout ce qu’il faut pour que vos collaborateurs puissent avancer dans leur travail. Ce n’est pas le lieu de faire de la rétention d’information. Vous en sortirez perdant.

Ne retournez pas dans votre pays d’origine

J’imagine que vous n’êtes pas tout à fait d’accord avec cette première recommandation. Moi non plus. La vérité c’est que vous avez plus de chance de réussir dans un pays autre que le votre. Cela ne vous empêche pas de choisir votre pays d’origine comme destination pour votre aventure entrepreneuriale.
Lorsque vous retournez dans votre pays d’origine, la famille et les amis sont très contents de vous revoir. Sans le vouloir, ils peuvent constituer une distraction vis-à-vis de vos objectifs. Vous risquez donc de perdre du temps à vouloir les satisfaire en même temps que vous essayerez de faire fonctionner l’entreprise que vous venez de créer.

Et qu’on ne se le cache pas, en Afrique l’on considère souvent que l’entrepreneur est un chef d’entreprise. Implicitement un chef d’entreprise est sensé avoir un certain pouvoir financier. Par conséquent, l’on estimera que vous détenez ce pouvoir. Aussi, vous aurez beaucoup de difficultés à expliquer que vous êtes dans une dynamique de création de valeur et de richesse plus que de dépenses.

Personnellement j’ai eu des soucis avec certains membres de ma famille qui n’acceptaient pas le fait que je ne leur consacre pas une journée de visite alors qu’ils me voyaient « passer à la télé locale pour parler d’informatique ». Dans la mesure du possible, j’essaie de rencontrer le maximum de personnes. Mais si, comme moi, vous avez une très large famille, vous risquez de perdre beaucoup de temps. Le mieux étant de programmer ces visites lorsque vous venez pour des vacances.

Il y a des pays en Afrique, dans lesquels le secteur des technologies de l’information est plus dynamique que dans d’autres. Lorsque j’analyse les évolutions de ce secteur ainsi que les plans des différents Etats vis-à-vis de l’industrie des technologies, il est clair que certains pays ont déjà un cadre propice pour les start-ups. Si vous n’avez pas beaucoup d’argent pour démarrer, je vous recommanderai de vous diriger vers ces pays auxquels je consacrerai prochainement un article de la série « La diaspora face à l’écosystème des Tic en Afrique ».

Ne faites JAMAIS d’accords verbaux

Tant avec vos collaborateurs qu’avec d’éventuels partenaires ou clients locaux. L’amnésie volontaire est pratique courante. Garder une trace des accords que vous passez avec les uns et les autres est important. Cela vous évitera bien des déboires.

Lorsque vous présenterez des accords écrits à vos collaborateurs ou à vos partenaires, ils se rendront compte de l’importance que vous accordez à ces accords. Cette démarche qui témoigne de votre engagement ferme, obligera le collaborateur à remplir sa part du contrat avec sérieux. Au premier abord, si vous laissez une certaine liberté à vos collaborateurs, vous aurez l’impression qu’ils ne sont pas engagés. Mais si vous prenez le temps de « rendre officiel » vos accords par l’écrit, vous serrez vous-même surpris par la montée de leur productivité. Il ne s’agit pas de les exploiter. Par exemple, il règne une telle chaleur dans la plupart des pays d’Afrique, qu’il serait maladroit d’obliger vos collaborateurs à prendre des pauses-déjeuner de moins d’une heure.

N’hésitez pas à vous procurer le code du travail du pays que vous aurez choisi. Contrairement à ce que peuvent croire certains, l’administration juridique dans la plupart des pays africains est très réactive lorsqu’il s’agit de non respect d’engagements contractuels dans le cadre professionnel.
Il vous faudra bénéficier des services d’un conseiller juridique, dans le cadre de vos recours.

Gardez les plans de vos projets secrets

Ne donnez jamais les plans de vos projets à qui que ce soit sous prétexte qu’il va vous trouver des marchés locaux ou des partenaires internationaux.
Gardez secret les détails d’implémentation de vos projets. Pensez à rédiger des présentations et des fiches-projets assez explicites mais qui n’exposent pas ces détails.

Certains n’auront aucun scrupule à utiliser vos documents comme s’ils en étaient les auteurs. Et lorsque le mal sera fait, vous n’aurez pas de réelles possibilités pour en réclamer la propriété.

J’ai encore en souvenir un évènement malheureux rencontré par un entrepreneur Suisse d’origine ivoirienne. Ce monsieur a mis au point un ordinateur et un système d’exploitation basé sous Unix (la même base logiciel que Linux et mac OS ). Je m’étais entretenu avec lui en Août 2009 à Abidjan. Et lors de d’une présentation de son produit à l’hôtel Ivoire d’Abidjan, il s’est fait voler l’un de ces trois prototypes qui étaient pourtant surveiller par les forces de l’ordre.

Séparez-vous des mauvais collaborateurs

Sans hésitation et pour la survie de votre aventure entrepreunariale, séparez-vous des collaborateurs qui ne respectent pas les horaires de travail, les délais, les règles que vous aurez établies. L’indulgence peut vous perdre lorsqu’il s’agit d’incompétence. A moins que vous ayez un budget conséquent pour la formation technique de vos collaborateurs, je vous suggère de ne pas perdre de temps avec les collaborateurs qui ne font pas le poids.

Les technologies représentent un secteur de compétitivité universelle. Même si vous êtes en Afrique, sachez que vos concurrents peuvent être européens, américains ou indiens. Je connais quelques entreprises européennes qui créent des applications pour les africains. Et venant de la diaspora, vous savez aussi bien que moi que les techniciens européens « font attention aux détails ».

Même si vous réaliser des solutions simples, faites en sorte d’éviter de passer du temps pour du support. Pour cela, engagez-vous avec des collaborateurs qui ont compris l’importance du travail bien fait. Ces derniers devront prendre le soin de documenter aussi largement que possible l’ensemble des réalisations qu’ils auront à accomplir.

Ne revenez pas vous installer « au pays »

En tout cas pas dans la première année. Cela peut paraître contraire à l’esprit avec lequel je promeus l’entrepreneuriat en Afrique. Mais, il vaut mieux être franc. L’Afrique est un continent merveilleux. Mais quelqu’un qui l’a quitté depuis plusieurs années, a forcément subit une modification dans sa manière de comprendre les choses du continent. Je ne dis pas qu’il a tout oublié, mais plusieurs années dans un nouvel environnement « change son homme ».

Pour éviter les désillusions, les entrepreneurs de la diaspora doivent prendre le temps de redécouvrir l’Afrique. Personnellement j’ai commencé par des séjours de 3 à 4 semaines par an. 4 ans plus tard, les semaines sont devenues des mois. Vous prendrez ainsi le temps de vous faire de vrais contacts et comprendre ce qui marche. Et le plus important, vous apprendrez aussi « les nouveaux besoins des africains ». Ce sont à ces nouveaux besoins que vous devriez apporter une solution via votre entreprise. Une fois que vous aurez toute cette connaissance, vous pourriez vous même juger de l’intérêt de votre retour définitif au pays.

Restez humble et respectueux mais pas soumis

Vous remarquerez que certaines personnes essayeront de vous cataloguer comme étant leur « petit(e) » et qu’en retour, elles souhaiteront que vous les appeliez « grand Frère » ou « grande soeur ». Ne laissez pas ces choses influer sur votre fermeté face à des décisions.

Tant que possible cherchez à équilibrer les rapports que vous aurez avec les gens. N’hésitez pas à donner en retour lorsque l’on vous rend service. L’on peut bien vous faire croire que l’aide qu’on vous apporte est gratuit. Mais en tant qu’entrepreneur, vous savez très bien que rien n’est gratuit. Aussi, dire « non », ne vous fera jamais perdre des amis ou des personnes qui ont du respect pour vous. Bien au contraire, lorsque quelqu’un s’éloignera de vous parce que vous lui auriez dit « non », vous vous serez séparé d’une personne qui aurait pu ralentir votre progression ou réduire votre professionnalisme.

Tenez un blog

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, l’Afrique a besoin de vous en tant que producteur de contenu. Les différents segments de l’industrie des technologies en Afrique sont très peu documentés. Difficile de savoir ce qui s’y passe. En tenant un blog, vous fournirez des informations très utiles pour les internautes. Qu’est ce que vous y gagnez ? Et bien tout ! Car vous avez une opportunité de vous positionner en tant qu’expert du segment que vous aurez choisi. Et vous êtes d’accord avec moi qu’un entrepreneur qui connaît les subtilités de son secteur a une avance significative sur ses (futurs) concurrents.

Prenez le temps (25 à 40 minutes par jour) d’écrire sur tout ce qui vous arrive. Au bout de quelques mois, vous verrez que vous aurez constitué une base de connaissance à valeur ajoutée.

Personnellement, il y a 2ans, j’ai réorienté mon site personnel (celui-ci) en blog pour partager mon aventure entrepreneuriale avec les internautes. Cela m’a permis d’avoir des contacts à travers toute l’Afrique. Et quand je dis toute l’Afrique, je parle aussi de la partie anglophone. Même si mon blog est en Français (j’ai pourtant essayé de publier en anglais pendant plusieurs mois) de nombreux observateurs et entrepreneur d’Afrique anglophone lise mes publications en utilisant l’outil de traduction de Google. Certains m’ont même fait savoir qu’il leur est arrivé de traduire certains de mes tweets. Il s’agit bien entendu de mes publications concernant les technologies en Afrique et de mes initiatives. La résultante de cet intérêt, est que je suis désormais l’un des intervenants de la série de conférence Mobile Web Africa qui reste l’évènement mobile le plus important sur le continent. C’est pour moi une occasion de faire connaître ce que nous faisons.

Entreprenez dans les technologies mobiles

Je vous donne RDV dans le prochain article de la série « La diaspora face à l’écosystème des Tic en Afrique », dans lequel je parlerai des opportunités offertes par l’environnement technologique du mobile en Afrique. J’en profiterai pour faire un tour d’horizon sur les spécificités de ce qui est la plus grande industrie technologique d’Afrique. Ce sera aussi l’occasion de vous parler des choses qui se font au Kenya, au Nigeria, en Afrique du Sud et dans certains pays d’Afrique francophone.

 

Pour conclure

L’Afrique est un terrain qui peut paraître difficile pour les entrepreneurs. Mais, c’est pourtant un endroit où le ROI (Return On Investment = « Retour Sur Investissement ») est largement reste très élevé comparé à la plupart des autres régions du monde. Tout est dans la manière dont vous allez acquerir la confiance des opérateurs et aussi votre capacité d’adaptation aux habitudes des personnes.

Comme je le disais au début de ce post, il existe sûrement de nombreuses recommandations que l’on pourrait faire. Je serai ravi de lire les vôtres. N’hésitez donc pas à commenter ce post avec vos recommandations ou suggestions aux personnes de la diaspora qui souhaitent revenir au pays pour entreprendre.

Merci à Melissa Jhonson qui a pris le temps de relire et corriger cet article. Vous pouvez suivre son « regard sur le monde, l’Afrique et … » sur son blog http://famchocolat.wordpress.com/

3 profils de la diaspora dont l’Afrique à besoin dans son écosystème de l’internet et du mobile

La diaspora africaine a un rôle important à jouer dans l’évolution des technologies de l’information en Afrique. Avec des expériences dans les pays développés et en Asie, cette diaspora a pu acquérir des bonnes pratiques. Elle peut donc apporter sa pierre à l’édifice pour ce qui est de l’élaboration d’une nouvelle Afrique Digitale.

Ci-dessous, j’ai listé quelques profils qui actuellement sont indispensables à l’écosystème des Technologies en Afrique. Cette liste n’est pas exhaustive, mais elle donne le ton sur les besoins actuels.

Analyste et observateurs avisé de l’industrie
Sur une carte de visite ce titre peut paraître étrange. Pourtant l’on trouve très peu de références lorsque l’on recherche des personnes capables de fournir des analyses sur différents segments de ce marché. La personnes idéale devra avoir les traits de caractères suivants :

  • Etre un utilisateur avancé du web : afin de mettre en place une stratégie de veille qui lui soit propre. L’idée étant de ne manquer aucune publication ou information importante.
  • Une grosse capacité de lecture pour lire les nombreux livres blancs et rapports publiés par les différentes organisations sur le terrain.
  • Une aptitude à produire des graphiques et des tableaux structurés.
  • Etre un bon rédacteur : afin de transformer tout ce qu’il lit en langage facile pour les internautes.

L’analyste de l’industrie technologique en Afrique peut aisément travailler pour son propre compte en tenant par exemple un site/blog informatif. Il peut aussi travailler pour des organisations qui ont constamment besoin d’effectuer des études. Rien n’empêche de coupler les deux.

Expert technique logiciel pour le mobile
On parle souvent « d’architecte logiciel« . Il s’agit là de personnes pour qui les lignes de code Java/C++/C# n’ont plus de secret. Il suit aussi de très près l’évolution des API des différents systèmes d’exploitations mobiles (android, ios, blackberry, nokia, ..). La personne idéale pour ce profil serait quelqu’un qui aurait déjà conçu un ou plusieurs logiciels (desktop, web ou mobile). Des logiciels et applications capables de gérer des flux et des transactions importantes. Un exemple concret serait quelqu’un qui aurait déjà mis en place une application web ou un portail web/mobile grâce à un CMS ou un framework qu’il aurait conçu lui même.

Ce que l’on attend d’un tel profil, c’est qu’il soit capable de produire de la documentation technique et aussi de la documentation fonctionnel. C’est aussi quelqu’un qui fait une veille technique depuis plusieurs années. C’est connu en Afrique, l’expression des besoins dans un cahier des charges n’est pas courant. C’est souvent au prestataire de rédiger à la place du client. C’est cette aptitude supplémentaire qui fera la différence, pour l’architecte logiciel en Afrique.

Content Strategist
Il s’agit certes d’un nouveau métier en occident. Mais l’Afrique en a plus que besoin. Le content Strategist est une personne qui définie le contenu à produire et surtout la manière dont il faudra le diffuser. L’objectif étant d’atteindre un maximum d’audience. Le content strategist connait les différentes manières de monétiser le connu ainsi que les entités qui en ont besoin. Chaque fois qu’il entamera un projet, il aura déjà en vu plusieurs clients demandeurs.

La faible quantité de contenu africain en ligne (vis-à-vis du reste du monde et des africains eux même) est avérée. Il y a donc de plus en plus d’initiatives qui visent à en produire. Avec un tel architecte/stratège, un projet de production de contenu peut avoir l’assurance de générer les résultats attendus. Les africains consomment de plus en plus de contenu africain. Avec l’arrivée sur le marché des tablette africaines et autres tablettes low-coast, il est fort à parier que cette tendance ne risque pas de s’arrêter. La personne idéale serait quelqu’un de curieux, qui fait attention aux détails et qui s’y connaît éventuellement en archivage ou en publication.

Il y a de nombreux autres profils qui sont attendu dans l’écosystème technologique africain. N’hésitez donc pas à partager ceux que vous avez identifié.