35 jours dans le village de AKENDEWA à travers #civsocial35 jours dans le village de AKENDEWA à travers #civsocial

Cela fait exactement 35 jours que j’ai laissé tomber toute activité professionnelle pour me consacrer exclusivement au volontariat à travers l’Ong Akendewa dont je suis le responsable. Il faut dire que Akendewa existe depuis bientôt 2 ans. Cette Ong a le mérite d’avoir mené plusieurs projets de grande utilité en faveur de la communauté en très peu de temps. Vous trouverez les informations sur Akendewa et ses projets sur le site officiel (http://www.akendewa.org).

Malgré tous ces projets menés à termes, le dernier en date mérite une attention particulière du fait du problème qu’il venait résoudre et du contexte dans lequel il s’est déroulé. En effet, pendant ces 35 jours, avec les autres membres (notamment Manassé Déhé qui mérite des honneurs pour avoir fait preuve de bravour et de générosité) de Akendewa nous avons travaillé nuit et jours à essayer de sauver des victimes de la crise humanitaire en Côte d’Ivoire.

Pour ma part, il m’a fallu mettre en place une campagne de collecte de don qui pour des raisons de légitimité a failli nous échappé. Vous pourriez en apprendre plus en lisant cette pétition et aussi cet article suite à un litige que j’ai eu avec la société paypal. Ce litige s’étant terminé de la meilleure des manières avec un cadeau (lecteur multimédia) que j’ai reçu de la part de Paypal. Je vous l’accorde, c’est assez rare de la part de paypal. Une fois la campagne en place j’ai publié pas moins de 990 tweets en rapport avec cette dernière et les opérations menées en faveurs des victimes de la crise en Côte d’Ivoire. Pendant ce temps j’ai mis en place une plateforme web improvisée (basée sur le cm WordPress) pour la gestion des alertes sur les victimes et la mise à disposition d’informations sur des ressources pouvant aider les victimes et leurs proches. Cette plateforme gère un système de ticketing permettant ainsi d’établir des statistiques sur le travail que nous avons effectué. Ce projet ayant attiré l’attention des médias, il a fallu répondre à leurs questions et prendre le temps d’expliquer à plusieurs reprises le travail que nous effectuions.

Consécutif à cette action, nous travaillons à améliorer les outils de communication de Akendewa afin de pouvoir mieux présenter notre mission, notre vision ainsi que ce que nous avons déjà accompli.

Un état de la corruption dans le milieu des affaires en Afrique. Les francophones sont de mauvais élèves

« Africa Development Indicators 2010 » (Indicateurs de Développement en Afrique) c’est le titre de l’un des documents que vous pouvez sur le site de la banque mondiale consacré aux données libres d’accès. Dans son projet d’ouverture, la banque mondiale n’hésite pas à mettre à disposition du publique des bases de données et des indicateurs.
Ainsi dans ce document un tableau consacré à la corruption a attiré mon attention. Ce tableau expose des informations telles que :

  • le % des entreprises qui paient des pot-de-vin aux fonctionnaires et autres agents de l’état,
  • le % des entreprises qui offrent des cadeaux dans le but d’obtenir une autorisation signée par les autorités,
  • le % des entreprises qui paient des pot-de-vin pour maintenir un contrat qu’ils ont avec le gouvernement en place,

On peut donc lire que en Côte d’Ivoire, 32,34% des entreprises concernées par l’étude affirment avoir payé des pot-de-vin pour maintenir un contrat qu’elles ont avec le gouvernement en place. Au Burkina Faso, il faut compter beaucoup plus. En effet 80% des entreprises sont dans ce cas. Dans le même registre, l’on compte plusieurs pays au-dessus des 75%. Ce sont : le Bénin (75,43%), le Cameroun (85,23%), la RDC (80,54%), la République du Congo (75,18%), le Mali (80%), la Mauritanie (76,16%) et le Niger (80%). Vous remarquerez que tous ces pays sont francophone.

A l’opposé, il fait bon faire des affaires à l’ile Maurice qui présente seulement 1,59% des entreprises qui disent avoir eu recours à la corruption dans leur rapports avec les autorités. Je vous laisse apprécier le tableau.

Cliquez sur le lien suivant pour télécharger l’étude Africa Development Indicators 2010

La cote d’ivoire prend une avance non négligeable sur la démocratie en libérant la parole

Dans moins de 2 jours les ivoiriens de Côte d’Ivoire et du reste du monde auront à choisir entre le représentant du RHDP (coalition de l’opposition) et celui du LMP (parti au pouvoir). Mais avant, l’on doit saluer les deux candidats qui viennent de poser une action historique pour la démocratie en Afrique. En effet pendant plus de deux heures, le Président sortant, Mr Laurent Gbagbo et son adversaire Mr Alassane Ouattara se sont livrés au jeu du débat politique en directe grâce à un face face sur la chaine de télévision nationale (RTI). Ce pays qui a souffert de coup-d-états et d’une crise socio-politique de plus de 8ans compte bien montrer au reste du monde qu’il vient de prendre un virage important dans sa marche vers le développement.

Bien avant ce dernier débat qui conduira aux votes du Dimanche 28 Novembre 2010, il eut 3 autres ayant opposé plusieurs représentants de chacun des candidats. Ainsi, sont passés les responsables économiques, les représentantes des femmes puis les représentants de la jeunesse des deux parties.

Tous ses débats on été suivi attentivement par les internautes avec un fort relais grâce aux réseaux sociaux. Et ce dernier débat est finalement celui des records. Moi même m’étant engagé à le relayer, je me suis retrouvé à faire un peu plus de 225 posts simultanément sur twitter et facebook, générant environ 362 réactions pendant le débats. Eric Agnissan à pour sa part compté plus de 1780 tweets portant le tag #civ2010 (celui utilisé pour l’élection présidencielle en Cote d’Ivoire) dans les premières 90 minutes du débat. Au moment ou j’écris ces mots, la conversation continue entre quelques internautes et j’imagine qu’elle s’amplifiera dès demain matin.

Ces 10 années ayant permis aux ivoiriens d’apprendre (à leur dépend) la précieuse valeur du dialogue, la côte d’Ivoire est-elle en train de montrer l’exemple pour ce nouveau millénaire ? L’éléphant d’Afrique s’est-il remit de ses blessures ? Dans un peu plus de 72heures le nouveau Président de la Côte d’Ivoire aura la tâche de conduire son peuple vers ce statut de leader qu’ont évoqué les deux candidats.

Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.


Ma résolution 2010-2060 pour la Cote d’ivoire

Aujourd’hui Samedi 07 Aout 2010, la république de Côte d’Ivoire dont je suis natif célèbre les 50 de sa naissance.

Le constat actuel c’est que la population entière souffre d’une crise qui dure depuis plus de 10 ans. Certains accusent les leaders de parties politique d’autres s’en prennent à l’ancien colonisateur.

Par contre si chacun prend le temps de marquer ce qu’il compte faire pour la Cote d’ivoire pour les 50 prochaines années avant de sortir faire la fête, je pense que des changement rapides surviendront. Je pense qu’au moins une partie (0,01%) des résolutions seront relues au moins une fois par an, recadrant ainsi certaines actions. Ce chiffre représente aussi des potentiels leaders (de quartier, de commune, de district, …) qui j’espère n’ont pas pour résolution de devenir « Président de la république ».

Imaginez un instant que ces personnes mettent en œuvre ce qu’elles ont écrit aujourd’hui. J’entrevois partout dans le pays des actions pour l’amélioration des conditions de vie des populations.

Ainsi ma résolution est toute simple. Je l’adapterai surement au fil des années : « Sans attendre d’être en position de ‘pouvoir’, je m’engage à agir et initier des actions pour permettre aux ivoiriens de tirer profit des technologies de l’information ».

Nous ne seront jamais indépendant tant que nous ne nous comporterons pas comme des peuples conscients que chacune des actions que nous posons impactent la vie de millions de personnes qui ne demandent qu’à vivre tranquillement dans le respect de la dignité humaine.

Bonne fête de l’indépendance à l’Afrique.