Voici comment je suis devenu un blogueur professionnel en Afrique

« Le contenu, ROI d’Afrique » est le thème d’une série de 3 conférences que j’animerai à Abidjan de Décembre 2012 à Janvier 2013. Il s’agira de faire l’état des lieux de la présence du contenu digital africain sur le web et les réseaux mobiles, tout en présentant l’opportunité actuelle. Et ceci, en m’appuyant sur mon expérience personnelle et celle de blogueurs africains dont j’ai suivi l’évolution ces 4 dernières années.

Si j’avais fait des études de marketing  je serais devenu un blogueur professionnel.

Si j’avais fait des études d’économie ou de droit je serais devenu un blogueur professionnel.

Si j’avais fait des études d’histoire, d’art, de philosophie, … je serais devenu un blogueur professionnel.

Si je n’avais pas fait d’études et que j’avais entendu parler des blogs, je serais devenu un blogueur professionnel.

J’ai eu la chance de faire des études de maths et de technologies puis d’entreprendre dans ce domaine, et je suis très heureux aujourd’hui d’être un blogueur professionnel. Pourquoi pas vous ? Peut être que ce qui vous manque pour l’instant c’est l’accompagnement, la culture, l’exemple. La fameuse preuve qui vous fera dire « c’est vraiment possible, j’essais ». Vous aurez tout ceci lors de la première de cette série de 3 conférences que j’animerai à l‘Université Méthodiste de Côte d’Ivoire pour le compte d’Akendewa, ce Samedi 15 Décembre à 10h. Le thème de cette série est tout simplement « Le contenu, ROI d’Afrique« . et le sujet de cette première conférence sera « Devenir un blogueur professionnel en Afrique, c’est possible ».
Il est claire que si je vous explique « comment je suis devenu un blogueur professionnel en Afrique« , il y a plus de chance que vous vous lancez. Pour cette première, je prendrai donc le temps de parler de mon parcours personnel tout en vous indiquant les bonnes pratiques et les « pièges » à éviter. Si vous pensez venir juste écouter un orateur, alors vous serez deçu. Cette conférence sera interactive. Il y a tellement à dire sur le contenu africain en ligne que nous avons besoin d’échanger nos idées afin d’établir « ce qui marche ».
Pour participer à la conférence, inscrivez-vous à l’aide du lien suivant http://akendewa-session13-eorg.eventbrite.fr/?ebtv=C

Sur le web l’image de la Côte d’Ivoire n’est pas réelle

Pour un internaute qui ne connait pas la Côte d’Ivoire, il est difficile de trouver des données pertinentes sur des sujets tels que le tourisme, la richesse culturelle, …,l’écosystème entrepreuneriale de ce pays. La plupart des pays d’Afrique subsaharienne sont dans le même cas.

Quel est l’image de la Côte d’Ivoire sur le web ?
Lorsque je recherche « Côte d’Ivoire », sur Google, les premiers résultats sont :

  • 1- le portail du gouvernement,
  • 2 – wikipedia,
  • 3 – wikipedia (encore),
  • 4 – afrik.com,
  • 5 – jeuneafrique.com.

Lorsque je m’intéresse au termes les plus recherchés [source : Google ] par les internautes français à propos de la cote d’ivoire ces 12 derniers mois, il s’avère que :

  • 70% des personnes qui ont recherchés le mot « Abidjan » se sont intéressés à l’expression « paris Abidjan »
  • 45% se sont intéressés à l’expression « vol abidjan »
  • 30% se sont intéressés à l’expression « hôtel abidjan »
  • 15% se sont intéressés à l’expression « abidjan »

Il est donc claire que les français souhaitent avoir des informations sur le tourisme, les voyages et les arnaques à Abidjan. Or, l’on leur sert « la politique en cote d’ivoire« , « les conflits en cote d’ivoire« , « Gbagbo« , « Ouattara« , « Drogba« , « Yaya Touré » par le biais d’articles de journaux.

Une chose est sûre, à ce jour, l’image de la cote d’Ivoire se trouve dans les mains de Jeune Afrique, Afrik.com, … Ce sont eux qui expliquent aux internautes ce que c’est que la Côte d’Ivoire et ce que l’on y trouve. On sait tous que pour ces rédactions en ligne, la priorité est donnée aux informations liées aux conflits, maladies, …, car ça permet de vendre. Certes il arrive que ces rédactions parlent de choses bcp plus gaies, mais faites un tour et vous verrez que ces informations sont minoritaires. Qui donc veut bien servir les sujets qui intéressent réellement les internautes ? Bien souvent comme aujourd’hui, le site du gouvernement ivoirien est hors service. Piraté ? serveur non-disponible ? … ? L’internaute s’en remettra une fois encore aux rédactions internationales (bbc, jeune afrique, …), wikipedia et de plus en plus les blogueurs.

Est-ce ce dont nous avons besoin ?
Je ne pense pas que c’est ce que souhaitent les autorités et les ivoiriens. Ce que tout le monde désire (et j’espère ne pas me tromper) c’est que, lorsqu’on cherche « Côte d’Ivoire« , l’on tombe en premier sur un site comme « discoverireland.com » (pour l’irelande – 3 118 liens entrant d’après alexa qui témoigne du succès de ce site). La particularité de ce genre de site c’est qu’ils ont du contenu original qui intéresse. Bien que l’irelande soit un pays anglophone, ce site est entièrement en français et propose une vingtaine d’autres langues. Grâce à ce site, vous savez :

  • ce qu’il y a à voir …
  • comment organiser votre voyage …,
  • comment fonctionne le système d’hébergement …
  • ce qu’il y a à faire …

… en Ireland.

Et nos portails dans tout ça ?
Peut être devrions-nous dire : « nos agrégateurs » ou encore « copieurs de contenu« . Certes quelques rédactions en ligne font l’effort de produire du contenu original (je pense à Avenu225, Fratmat.info, quelques journaux locaux, …) mais la tendance est à la réplication de contenu sans apport de valeur. Pour ces rédactions, qui font des efforts, il s’agit de contenu bien souvent qui ne s’adresse pas aux personnes qui ne connaissent pas le pays. Ce qui reste finalement du contenu pour des internautes locaux qui en savent un brin sur leur pays. Aussi, à coté de ces productions, il manque l’essentiel : la stratégie. Sur le web, le contenu est ROI certes, mais un Roi isolé n’a finalement aucune influence/puissance. Il manque donc à ces rédactions de pouvoir planifier leur offensive sur la toile. Et surtout de la mener avec une stratégie sur le long terme.

Qu’est-ce qu’il faut et pourquoi ?
Imaginez que l’ont saisisse « cote d’ivoire » sur google et que les 5 premiers liens soient : 1 – comment venir en Côte d’Ivoire ? 2 – découvrir le patrimoine culturelle de la Côte d’ivoire, 3 – Les prochains évènements importants à Abidjan, 4 – ce que disent les ivoiriens, 5 – la politique touristique de la cote d’ivoire. Cette situation serait profitable à la cote d’ivoire car l’on pourrait facilement décider de venir dans le pays en se basant sur des informations précises à propos des richesses culturelles et humaines de ce pays. Les opportunités de business, bien présentées sur le web, sont des aimants  à investisseurs. Les images et les vidéos de présentations, ne sont pas en reste. Cest choses ont le pouvoir de séduire les vacanciers et les touristes les plus indécis. On est tous d’accord que toutes ces choses positives font un grand bien à l’économie d’un pays.

Comment le faire ?
Pour y arriver, deux possibilités : l’initiative conjointe de plusieurs privés ou tout simplement une volonté politique. Mais à ce stade, il est difficile d’imaginer qu’un gouvernement d‘Afrique francophone puisse planifier un tel chantier. Si l’on s’intéresse à l’initiative privé, l’on doit garder en tête qu’il s’agit d’un réel business.

Allez au boulot !

Nous manquons de l’essentiel : le contenu

Il y a quelques mois j‘abordais dans un billet le manque de contenu africain disponible sur le web et les mobiles. Les choses n’ont pas réellement changé. Par contre le besoin est de plus en plus important. Il devient donc urgent de s’attaquer au problème par des initiatives.

La valeur se trouve dans le contenu
En 2011 les technologies sont devenus accéssibles par la plupart d’entre nous. il est très facile de se lancer dans une aventure entrepreneuriale sans se soucier de la technologie. D’ailleurs, monter un business basé sur la réalisation simple de site internet c’est presque monter un business qui ne rapportera pas. Tant les solutions du style « créer votre site en ligne en 5 minutes » sont nombreuses.

Par contre, une fois le site, la plateforme crée, il faudra penser à l’essentiel : le contenu. C’est là que ce trouve la valeur de votre site. l’on ne reviendra pas tous les jours sur votre site parce qu’il est beau ou parce qu’il implémente les toutes dernières technologies. Les internautes seront fidèles à votre site s’il y trouvent un plaisir, un enseignement, de l’humour, …, un certain intéret lorsqu’il le parcourent.

Facebook est valorisée à plusieurs milliards de dollars car on y trouve un plaisir à lire les status des un et des autres. Google est le N°1 et vaut encore plus que Facebook, car lorsqu’on y cherche des choses, on les trouve. Et pour arriver à nous servir ces contenus, il a fallu que des personnes prennent le temps pour les intégrer dans les bases de données de ces sites.

Finalement, qu’est ce que c’est ?
Le contenu, c’est donc cet ensemble d’information que l’on a pris le temps d’intégrer à un site, une plateforme, une application. Dans le cas des sites commes facebook, les concepteurs ont eu la finesse d’esprit de faire accomplir cette tache par les utilisateurs eux meme. Ce n’est pas un secret, nous travaillons tous pour facebook. Si nous ne perdions pas un peu de notre temps à écrire des status, des commentaires et à télécharger nos photos, facebook serait comme un gros bateau de croisière vide en pleine mer.

Il y a 10 ans ce sont les concepteurs des sites qui eux meme prenaient le temps de mettre le contenu sur le site. Vous savez par exemple que les fondateurs de yahoo, ont utilisé 8 mois de leur vie à travailler plus de 10 heures par jours pour mettre la description de tous les nouveaux sites qui se créaient dans une base de données. Il ont ainsi en moins d’une année constitué une énorme base de données qui a finalement pris de la valeur. Les choses ont évoluée et il existe de nouvelle manière de créer une base de données de cette envergure.

Le contenu africain pourrait etre l’actualité hyper-locale. Vous ne le savez peut etre pas, mais relater le quotidien de vos quartiers intéresse des personnes qui pour la plupart sont loin de ces quartiers. Je suis par exemple pret à parier que ce qui se passe dans le quartier d’enfance de Didier Drogba intéresse de nombreux marseillais, anglais et bientôt des chinois. De la meme manière des chiffres sur les habitudes de consommation des africains ont une réelle valeur quand on sait qu’ils pourraient intéresser des manufacturiers. Vous pouvez aussi mettre à disposition des sonorités folkloriques. Les possibilités sont nombreuses et lorsque vous vous lancerez vous en découvrirez encore plus.

Les africains doivent s’atteler à créer du contenu pour l’Afrique
Si l’on s’en tient aux statistiques de l’an dernier, le contenu africain en ligne représente moins de 10% du contenu global. Il y a donc une grosse marge de progression qui peut etre réalisée.

En créant du contenu, nous valoriserons l’industrie technologique de notre continent. Implicitement, nous attirerons les investissements étrangers qui faciliteront la naissance de nouveaux modèles économiques. Et qui dit nouveaux modèles économiques, dit emplois et recul de la pauvreté. Cela peut paraitre simpliste mais c’est une évidence et un processus logique quand on sait comment se valorise les contenus. Ce sont des choses qui ne s’appennent pas dans les grandes écoles de commerce, mais sur le terrain.

Les africains doivent se presser de créer eux meme leur propre contenu sinon quelqu’un d’autre le ferait à leur place. Et ce n’est pas sure que dans ce cas l’on aura la réalité. Les économies du monde entier sont de plus en plus intimement liées aux technologies de l’information. Et cela n’est pas pret de changer. Bien au contraire, l’on peut parier sur le fait que ces technologies prendront une place centrale dans les économies. Ainsi, si vous n’avez pas le controle de l’information qui vous concerne, vous n’aurez pas le controle de la valeur qu’elle génére. Les gouvernements prendront du temps à adopter une politique incitative, mais les entrepreneurs ont là une belle opportunité.

Cette opportunité qui engendrerait de nombeux emplois n’est pas négligeable. Il suffit de regarder ce qui se passe dans les régions du monde ayant déjà une certaine avance. En 2005 lorsque j’étais développeur d’applications mobile chez le leader français de l’époque, j’ai découverts de drôles de musiciens. Un nouveau type de musiciens qui travaillaient du matin au soir dans un studio spécial. Leur travail consistant à reprendre toute sorte de tube de sorte à ce qu’il se rapprochent des originaux (à l’écoute) tout en faisant attention aux lois liées à la propriété intellectuelle. Ces tubes étaient ensuite intégrés dans des bases de données accéssibles aux applications développées par les ingénieurs. Ainsi, l’utilisateur à partir des applications, arrivait à télécharger ces tubes pour en faire des sonneries pour leur mobile. Ou encore des ringtones qui eux remplaçaient la sonnerie entendu par l’appelant lorsqu’il essayait de les joindre. Je me souviens que c’était un véritable succès. Car bien des tubes scoraient à plus de 500 téléchargements par jour. Et quand on sait que le téléchargement vaut en moyenne 2Euros, ça va très vite.

Qui pourrait le faire ?
L’entrepreneur type qui pourrait créer du contenu pour le web ou les mobiles, c’est vous. Oui, vous et moi. Pour démarer dans le business du contenu, vous n’avez pas besoin d’avoir effectué des études spécifiques. Vous avez juste besoin de savoir ranger des informations avec un minimum de structure.

Qu’est ce que ça faudrait ?
Une fois les informations rangées, il vous restera à savoir les présenter en tenant compte des besoins des internautes ou des entreprises qui raffolent d’information. C’est aussi le lieu de rajouter de la valeur afin de les vendre encore plus chère.

Par exemple, lister les petits commerces d’un quartier est déjà pas mal. Si l’on estime que vous vendez 200frcfa chaque élément de la liste, vous pourriez monter jusqu’à 1000frcfa si vous y rajoutez une photo (meme prise avec un téléphone portable), et un numéros de téléphone fonctionnel. Vous pourriez aller encore plus loin (2000frcfa) si vous y ajoutez un comparatif. Imaginons que vous metez en parallèle le chiffre d’affaire et la localisation vis-à-vis des axes routiers centraux. Disons que vous décidez de ne plus vendre la liste mais de permettre aux intéressés de souscrire à un abonnement afin que pour chaque nouvel enseigne intégrée, ils puissent recevoir une notification. Vous avez là une nouvelle entrée d’argent qui demande encore moins d’effort.

Allez, au boulot ! Mettons l’Afrique en ligne.

3 profils de la diaspora dont l’Afrique à besoin dans son écosystème de l’internet et du mobile

La diaspora africaine a un rôle important à jouer dans l’évolution des technologies de l’information en Afrique. Avec des expériences dans les pays développés et en Asie, cette diaspora a pu acquérir des bonnes pratiques. Elle peut donc apporter sa pierre à l’édifice pour ce qui est de l’élaboration d’une nouvelle Afrique Digitale.

Ci-dessous, j’ai listé quelques profils qui actuellement sont indispensables à l’écosystème des Technologies en Afrique. Cette liste n’est pas exhaustive, mais elle donne le ton sur les besoins actuels.

Analyste et observateurs avisé de l’industrie
Sur une carte de visite ce titre peut paraître étrange. Pourtant l’on trouve très peu de références lorsque l’on recherche des personnes capables de fournir des analyses sur différents segments de ce marché. La personnes idéale devra avoir les traits de caractères suivants :

  • Etre un utilisateur avancé du web : afin de mettre en place une stratégie de veille qui lui soit propre. L’idée étant de ne manquer aucune publication ou information importante.
  • Une grosse capacité de lecture pour lire les nombreux livres blancs et rapports publiés par les différentes organisations sur le terrain.
  • Une aptitude à produire des graphiques et des tableaux structurés.
  • Etre un bon rédacteur : afin de transformer tout ce qu’il lit en langage facile pour les internautes.

L’analyste de l’industrie technologique en Afrique peut aisément travailler pour son propre compte en tenant par exemple un site/blog informatif. Il peut aussi travailler pour des organisations qui ont constamment besoin d’effectuer des études. Rien n’empêche de coupler les deux.

Expert technique logiciel pour le mobile
On parle souvent « d’architecte logiciel« . Il s’agit là de personnes pour qui les lignes de code Java/C++/C# n’ont plus de secret. Il suit aussi de très près l’évolution des API des différents systèmes d’exploitations mobiles (android, ios, blackberry, nokia, ..). La personne idéale pour ce profil serait quelqu’un qui aurait déjà conçu un ou plusieurs logiciels (desktop, web ou mobile). Des logiciels et applications capables de gérer des flux et des transactions importantes. Un exemple concret serait quelqu’un qui aurait déjà mis en place une application web ou un portail web/mobile grâce à un CMS ou un framework qu’il aurait conçu lui même.

Ce que l’on attend d’un tel profil, c’est qu’il soit capable de produire de la documentation technique et aussi de la documentation fonctionnel. C’est aussi quelqu’un qui fait une veille technique depuis plusieurs années. C’est connu en Afrique, l’expression des besoins dans un cahier des charges n’est pas courant. C’est souvent au prestataire de rédiger à la place du client. C’est cette aptitude supplémentaire qui fera la différence, pour l’architecte logiciel en Afrique.

Content Strategist
Il s’agit certes d’un nouveau métier en occident. Mais l’Afrique en a plus que besoin. Le content Strategist est une personne qui définie le contenu à produire et surtout la manière dont il faudra le diffuser. L’objectif étant d’atteindre un maximum d’audience. Le content strategist connait les différentes manières de monétiser le connu ainsi que les entités qui en ont besoin. Chaque fois qu’il entamera un projet, il aura déjà en vu plusieurs clients demandeurs.

La faible quantité de contenu africain en ligne (vis-à-vis du reste du monde et des africains eux même) est avérée. Il y a donc de plus en plus d’initiatives qui visent à en produire. Avec un tel architecte/stratège, un projet de production de contenu peut avoir l’assurance de générer les résultats attendus. Les africains consomment de plus en plus de contenu africain. Avec l’arrivée sur le marché des tablette africaines et autres tablettes low-coast, il est fort à parier que cette tendance ne risque pas de s’arrêter. La personne idéale serait quelqu’un de curieux, qui fait attention aux détails et qui s’y connaît éventuellement en archivage ou en publication.

Il y a de nombreux autres profils qui sont attendu dans l’écosystème technologique africain. N’hésitez donc pas à partager ceux que vous avez identifié.

#mwa2011, Mobile Web Africa 2011 : L’Etat de l’écosystème des applications web et mobiles en Afrique francophone#mwa2011, Mobile Web Africa 2011 : L’Etat de l’écosystème des applications web et mobiles en Afrique francophone

Du 22 au 25 Novembre 2011 je serai à Johanesburg en Afrique du Sud dans le cadre de l’édition 2011 de la très célèbre conférence Mobile Web Africa. J’animerai une session sur l’état de l’écosystème des applications web et mobile en Afrique Francophone.

Il s’agira de répondre à la question « Est-ce que l’on a la mesure de l’opportunité qu’offre les contenus et les services mobiles en Afrique francophone ». Je commencerai donc par exposer cette opportunité pour ensuite parler de ce qui soutient l’évolution de ces services, applications et contenus mobiles. Je terminerai en donnant des exemples de « success stories ». En gros qu’est ce qui marche et qu’est qui ne fonctionne pas.

Je ferai donc parti de 40 intervenants de marque venant du monde entier qui enchaineront des sessions de 20 minutes pendant 4 jours. Parmi ces intervenants se trouve Tomi Ahonen (suivez le sur twitter @tomiahonen), le N°1 mondial en terme de publication sur l’industrie du mobile. Il possède à son actif plus de 250 conférences à travers 40 pays dans le monde et est l’auteur d’une douzaine de livre.

Cet évènement organisé par All Amber aura lieu à l’Ayanda Room de la Hyatt Regency (191 Oxford Road, Rosebank, Johannesburg, South Africa 2132). Si vous êtes dans le coin n’hésitez pas à venir participer à cette grande messe du mobile africain.

L’agenda : http://www.mobilewebafrica.com/wp/agenda/
La liste des intervenants : http://www.mobilewebafrica.com/wp/speakers/Du 22 au 25 Novembre 2011 je serai à Johannesburg en Afrique du Sud dans le cadre de l’édition 2011 de la très célèbre conférence Mobile Web Africa. J’animerai une session sur l’état de l’écosystème des applications web et mobile en Afrique Francophone.

Il s’agira de répondre à la question « Est-ce que l’on a la mesure de l’opportunité qu’offre les contenus et les services mobiles en Afrique francophone ». Je commencerai donc par exposer cette opportunité pour ensuite parler de ce qui soutient l’évolution de ces services, applications et contenus mobiles. Je terminerai en donnant des exemples de « success stories ». En gros qu’est ce qui marche et qu’est qui ne fonctionne pas.

Je ferai donc partie de 40 intervenants de marque venant du monde entier qui enchaineront des sessions de 20 minutes pendant 4 jours. Parmi ces intervenants se trouve Tomi Ahonen (suivez le sur twitter @tomiahonen), le N°1 mondial en terme de publication sur l’industrie du mobile. Il possède à son actif plus de 250 conférences à travers 40 pays dans le monde et est l’auteur d’une douzaine de livre.

 

Cet évènement organisé par All Amber aura lieu à l’Ayanda Room de la Hyatt Regency (191 Oxford Road, Rosebank, Johannesburg, South Africa 2132). Si vous êtes dans le coin n’hésitez pas à venir participer à cette grande messe du mobile africain.

Hyatt Regency at Rosebank, Johannesburg
Hayatt Regency, Rosebank, Johannesburg, Afrique du Sud

 

L’agenda : http://www.mobilewebafrica.com/wp/agenda/
La liste des intervenants : http://www.mobilewebafrica.com/wp/speakers/

inscription :

Puis nous nous sommes penché sur le contenu africain en ligne

Lors de la deuxième édition, Akendewa avait presque un an. Ces membres avaient déjà acquis une certaine notoriété dans l’espace tech en Cote d’Ivoire. Si certains faisaient déjà le bonheurs des internautes locaux, d’autres séduisaient au delà des frontières de la Cote d’IVoire.

Placé sous le thème de « Les contenus africains face à l’écosystème du Web« , la deuxième édition de Barcamp Abidjan a plus que tenu ses promesses en réussissant à faire venir toute une équipe de Google Afrique. Nous avons ainsi pu aborder le problème de l’absence de contenu africain en ligne. Ce fut aussi le lieu de parler des opportunités pour d’éventuels entrepreneurs qui souhaiteraient se lancer dans la production de contenu. Le contenu étant ce qui a le plus de valeur dans la plupart des systèmes d’information, il était donc important d’insister sur le fait que plus les africains mettront en ligne leur quotidien, leur productions, leur histoire, …, plus l’intérêt pour l’Afrique sera forte.

Face au plagiats et à la copie non légales des contenus en Cote d’Ivoire, certains participants ont jugé opportun de mettre sur pieds un syndicat des producteurs de contenu de Cote d’Ivoire. Nous nous étions donné rendez-vous en Février 2011 pour la troisième édition. Malheureusement, nous avons été obligé de modifier cette date à cause de la crise politico-militaire en Cote d’ivoire.

Les contenus africains restent une grosse opportunité de business sous-exploitée

L’Afrique reste le dernier continent sur lequel les technologies et leur industrie ont encore une grande marge d’évolution. Il y a donc pour l’instant plus de place que de prétendants. Combien de temps cela va durer ? En attendant il y a un secteur qui attend d’être exploité. Le Secteur des contenus africains.

La valeur réside dans les contenus
La guerre technologique est souvent gagner par un ou quelques grands du secteurs qui à l’issue de recherche (il faut avoir de gros moyens) innovation ouvrent la porte à tout le monde. Ils permettent ainsi d’utiliser leur savoir faire à des coûts qui reste très en dessous par rapport à une ré-implémentation. Ainsi l’on peut utiliser les outils mis à disposition par des entreprises telles que Yahoo, Google, Facebook, Apple et aussi la communauté open source. Pour ma part par exemple je m’appuie sur le cms WordPress pour tout site à contenu. Il y a donc très peu de challenge au niveau même de l’innovation en terme de technologie.

Créer un business basé sur les données africaines
Du fait de son sous-développement (presque) généralisé, l’Afrique n’a à ce jour pas réellement investi sur la collecte de ces données en vue de les numériser et les rendre accessibles via internet. Il reste donc une grosse opportunité pour toute personne désireuse de se lancer.

Oui les données (l’information) ont de la valeur
Certains peuvent penser par exemple que le nombre (et la localisation) des points de vente de pneu d’occasion ou des quincailleries d’une ville africaine n’intéresse personne. Et bien détrompé vous. Dans un futur proche les smartphone auront envahi l’Afrique et les africains auront le réflexe de chercher ces information via leur téléphone ou même leurs ordinateurs. Si vous avez en votre possession des informations pertinentes sur l’ensemble des questions que peut se poser un touriste lorsqu’il arrive dans une capitale africaine alors vous posséder un trésor. A vous de savoir le vendre. Et si vous ne le savez pas n’hésitez pas à parcourir le web et à apprendre comment vendre. Voici quelques pistes pour démarrer votre apprentissage :

À vous de jouer. La première chose c’est de vous poser les bonnes questions. Par exemple : « quelles informations sur ma ville/les métiers/les citoyens/… ne se trouvent pas encore en ligne ? ». Après vous pourriez collaborer avec une personne qui s’y connaît en technologie et qui peut vous aider à « digitaliser » et à mettre ces informations en ligne sous un format attractif (Free marketing, SEO, web service…). Google l’a bien compris en lançant Google Barraza dans le but d’avoir une base de donnée de toutes les questions que l’on peut se poser sur l’Afrique.

Au fait, est-il possible d’avoir les informations sur le fonctionnement des taxis communaux de votre ville ? Peut-on savoir l’ensemble des petits metiers exercé dans le pays ou vous vous trouvez ? Il y a de la matière. N’hésitez pas à vous embaucher vous même afin d’en tirer profit dans quelques mois/années

 

11 raisons pour lesquelles les développeurs africains devraient produire des applications mobiles

Il y a des tas de raisons pour lesquelles les développeurs africains devraient se lancer pour mettre en place des applications pour les différentes Apps Store existantes. Voici les 11 que j’estime être les plus pertinentes.

  1. Le développement d’applications mobiles necessite très peu de ressources humaines : Un seul développeur peut à lui seul mettre en place une application mobile en très peu de temps.

    © csaba fikker
  2. Le manque de contenu africain en ligne : A ce jour, l’Afrique est toujours très peu présente en ligne comparé aux autres régions du monde. C’est donc une opportunité de faire partir des pionniers. Il y a de la place pour tout le monde. Et une place de choix pour les premiers arrivants.
  3. Les tendances montre que l’Afrique a fait le choix des appareils mobiles en lieu et place de l’ordinateur. Ainsi, l’on s’attend à un usage de plus en plus important des téléphones mobile et des tablettes.
  4. L’on se soustrait de la recherche de capitaux. la poupularité d’une application mobile attire plus rapidement et inévitablement lesinvestisseurs qui passent du temps à s’informer sur les applications les plus populaires,
  5. Facile a mettre sur le marché. Il suffit de la charger sur le « store » appropriée,
  6. De nombreux tutoriaux sont disponibles pour les principaux terminaux que produisent RIM (blackberry), Apple (iphone, ipad, …), nokia, google (Androïd), facebook, twitter, …
  7. Le principe même des API facilite le développement,
  8. Dans les mois qui suivent de nombreux smartphones low-cost seront disponibles dans les pays africains a des tarif très intéressants,
  9. Vous n’avez pas besoin d’une équipe commerciale pour commencer. La plateforme (appStore par exemple) vous permet de faire la promo de votre application grâce aux outils intégrés. De nombreux blogs spécialisés, listent les applications dès leur sortie. ils en font donc la promo pour vous gratuitement,
  10. Les transactions financière sont facilitées par la plateforme qui vous soustrait de l’intégration (souvent pas très facile) de solutions de paiement,
  11. En 2012, il y aura plus de smartphones que de Pc et Mac (desktop+notebook).

Finalement parce que : ça ne vous coute pas grand chose de développer une application qui résoleverait un problème récurrent identifié en Afrique. A moins que vous souhaitez rester utilisateur.

Et vous, pensez-vous qu’il existe d’autres raisons ? Lesquelles ?