Une décision c’est aussi 7 actions pour conjurer l’échec dans votre projet

Déjà mardi 20 Aout 2013 ! Plus que 4 mois et 11 jours avant la fin de cette année 2013.

African woman

Le deuxième jour de la semaine peut être aussi considéré comme le premier d’un nouveau départ. Assurez-vous d’avoir pris une bonne décision pour donner le meilleur de vous-même.

A quoi bon se rendre au boulot ce matin si vous n’avez pas l’intention de faire mieux que la veille ? à quoi bon commencer un nouveau projet si vous n’avez pas prévu d’éliminer les facteurs qui ont été à la base des échecs de vos projets précédents ?

Si ce n’est déjà fait, à la lecture de post, munissez-vous d’un stylo et d’une feuille. Ou si vous êtes un disciple du clavier comme moi, ouvrez votre application de bloc-note favorite. Ensuite prenez une minute pour prendre une DÉCISION (pour cette nouvelle semaine ou pour les 11 derniers jours restant de ce mois) et marquez cette décision. Juste en face (ou en dessous) de cette décision, énumérez 7 actions (simples) que vous pensez être nécessaires pour que ce que vous avez décidez se produise. A partir de se moment-là efforcez-vous de mener ces actions.

Vous n’arriverez à rien changer (positivement) si vous ne prenez pas de décision ferme avec des actions précises à mener.

Bon courage, et prenez soin de vos rêves et de vos projets.

Mon application mobile : Retrouvons-nous sur mon android

J’en parlais la semaine dernière. ça y est c’est fait ! Je viens de mettre en ligne une application android pour que vous permettre de suivre mes publications. Il s’agit donc de mon application mobile personnel.

Pourquoi ?
Avant tout, nous sommes d’accord sur le fait que je ne suis pas une Star. Par contre au vu des réactions sur mon blog et ma page facebook, je me rend compte que mes publications intéressent de plus en plus de personne. Comme on le dit, tout ce passe comme si, « mon avis compte pour certaines choses ». Je suis honnoré par ce fait car sans l’intérêt que vous portez à mon opinion, je n’aurais pas la motivation de continuer. On parle bien de technologies de l’information en Afrique. Tout commence et se termine là.

Je dois aussi avouer que cette application vient confirmer le basculement de l’activité de ma société (AllDenY) qui va se consacrer de plus en plus à la production d’applications mobiles. C’est un metier que nous maitrisons, mais au vu de la demande, nous n’avons jusque là pas eu l’occasion de montrer notre savoir-faire. 2012 nous semble être un très bon début. Ne soyez donc pas surpris lorsque nous publierons plusieurs applications dans les semaines à venir.

La valeur ajoutée

De plus en plus de personnes possède un smartphone (en majorité sous Android). Et en Afrique, l’arrivé de la 3G dans la plupart des pays ainsi que la commercialisation des smartphones à bas prix va emmener les population
s à ce tourner vers ces appareils. Ce serait donc intéressant que je puisse maintenir un contact optimal avec les propriétaires de smartphones.

Aussi, contrairement à mon site personnel, cette application permettra de diffuser des éléments multimedias adaptés aux mobiles (tablettes/smartphones).

Comment ça marche ?

Cette première version reste assez simple en fonctionnalité. Une fois l’application lancée, vous pouvez : 

Vous avez aussi une section dédiée à ma biographie pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur moi. Pour la télécharger, vous avez juste à cliquer sur l’image ci-dessous ou en allant sur le lien suivant : https://play.google.com/store/apps/details?id=io.trigger.forge1927c7c2b7ea11e1910212313d1adcbe

Android app on Google Play

De nombreuses fonctionnalités sont à venir. Mais si avez des idées, n’hésitez pas à me les communiquer car le but est d’avoir une application qui vous conviennent.

N’hésitez pas à m’informer d’éventuel bugs ou erreurs lors de l’utilisation de cette application.

Pourquoi je fais tout ceci en Afrique ?

Récemment, j’ai discuté avec un journaliste qui devait faire un sujet sur Akendewa, jokkolabs et d’autres communautés et hub technologiques d’Afrique. Pendant l’interview, il m’a posé une question que jusque là personne ne m’avait posé : « Pourquoi fais-tu tout ceci (en Afrique) ? »

Vous remarquerez que cette question à l’air d’une question existentielleCe monsieur voulait savoir pourquoi quelqu’un qui a installé une société de création de logiciel et d’application web, s’est engagé à 200% dans quelque chose (Emuler/dynamiser l’écosystème de l’internet et du mobile en Afrique [francophone]) qui est sensée être la responsabilité de nos gouvernants.

Cela fait maintenant 3ans que j’ai initié Akendewa à Abidjan. Et je consacre de plus en plus de temps à cette communauté au détriment de services commerciaux que je propose dans ma société. J’ai donc eu un moment d’hésitation avant de répondre. J’avoue que je ne savais pas quoi dire, tant je trouvais, sur le moment, que je m’étais détourné de ce qui m’avait fait revenir à Abidjan la première fois. Mettez vous à ma place. Imaginez que vous souhaitez vous rendre au nord et l’on vous retrouve sur le chemin de l’ouest en vous demandant ce que vous faites sur ce chemin. Mais, j’ai finalement retrouver ma langue lorsque les motivations de mes actions communautaires me sont revenues clairement à l’esprit.

Je fais tout ceci en Afrique, tout simplement, parce que je souhaite emmener les autres à créer des choses que je n’aurai jamais le temps de créer moi même. En tant qu’entrepreneur, le gros de mon temps doit servir à créer des choses qui générent des bénéfices tout en améliorant la vie des autres. Je ne peux donc pas passer tout mon temps à être bénévole. Par contre, je suis convaincu qu’un peu de bénévolat de la part de chacun peut aider à batir des oeuvres qui profitent à tout le monde. En effet, si chaque entrepreneur ou passionné des technologies participe un temps soit peu à la dynamisation de l’écosystème des TIC, voici ce qui va se passer (successivement – certes, certains points pouraient être rajoutés) :

  • de plus en plus de passionnés
  • baisse des tarifs d’accès à l’internet et à l’information
  • de plus en plus de personnes sachant utiliser le coté business des technologies
  • de plus en plus d’entrepreneurs
  • de plus en plue d’emplois
  • recul de la pauvreté
  • recul des famines et maladies
  • ….

Vous ne rêvez pas, les technologies de l’information peuvent aider l’afrique à sortir de sa précarité chronique. Il faut juste que les africains les utilisent plus pour le travail, le commerce, … Et moins pour perdre du temps.

Des signes qui ne trompent pas
Chaque fois que je vois un membre de notre communauté créer son propre blog, je me dis que c’est un pas de plus vers la dynamisation de l’écosystème des technologies dans nos pays africains [francophone]. Chaque fois qu’un novice me demande ce qu’est une application web/mobile/android, je me dis que ce que nous avons prêché ces 3 dernières années ont trouvé des oreilles. Mieux, lorsque grâce à twitter+facebook nous arrivons à sauver des vies, je me dis que les technologies de l’information sont une ultime chance pour l’Afrique. Bon courage à toutes les personnes engagées pour ces choses.

Puissent ces mots en inspirer plus d’un. Aucun accomplissement n’est possible sans inspiration. Même pas des lignes de codes produites par un développeur enfermé tout seul chez lui pendant des jours, sans contact physique avec l’extérieur. Je ne parle pas de moi bien sûr 😉

 

Entrepreneur, ne vous annoncez pas avant l’heure

Vous verrez souvent sur des profils (de réseaux sociaux professionnels) des publications du genre « … lancement du projet XXX, dans 5 jours … ». Bien entendu, très peu de ces projets voient réellement le jour. On parle d’annonces prématurées.

Qu’est ce qui peut emmener quelqu’un à faire une annonce ?

Jpehouman.com : entrepreneur, ne vous annoncez pas trop tôt
Jpehouman.com : entrepreneur, ne vous annoncez pas trop tôt

Avec les technologies actuelle, tout le monde peut à tout moment devenir un entrepreneur de l’internet ou du mobile. Mais combien le sont réellement ? Si votre rêve est de faire partie de cette nouvelle catégorie d’entrepeneurs, et bien, gardez en tête que votre meilleure arme sera votre capacité à implémenter les choses. Ne vous laissez pas embarquer par une envie d’exposition juste pour dire que vous êtes « In ».

Vous n’êtes pas seule
En effet avec les facilités de communication que nous offrent le web et les nouveaux réseaux, nous avons tous accès aux mêmes idées « géniales ». Vous avez surement déjà pensé à une application qui viendrait changer ou révolutionner le monde. Alors, sachez que quelque part (peut être votre vosin) quelqu’un a eu la meme idée. Et surement que cette personne possède déjà un prototype fonctionnel.

À quoi peut bien servir une annonce avant l’heure ?
Dans le cas ci-dessus, imaginez que vous publiez la phrase suivante sur l’un de vos réseaux sociaux préférés : « … Je travaille sur application qui va revolutionné le monde … Sortie dans quelques semaines ». Vous venez ainsi de donner RDV à vos contacts et par viralité à l’ensemble des utilisateurs du réseau. Si quelques semaines plus tard, vous ne sortez pas d’application, vous perdrez un peu/beaucoup de l’estime que ces personnes avaient pour vous.

[d3]
Votre intérêts étant d’accomplir de grandes choses en entreprenant, il est préférable pour vous de concevoir et surtout de prototyper (il faut que ça fonctionne !) avant d’annoncer. Il faut que vous ayez quelques chose à montrer à vos proches avant d’annoncer au reste du monde ce que vous êtes supposer leur présenter dans le futur. Votre crédibilité et donc votre réputation en dépendent. Vous n’aimeriez surement pas que votre prochain investisseur ait une mauvaise image de vous.

Les constructeurs de mobile ne jouent pas leur role en Afrique Francophone

Il y a à peine 2 heures je terminais une conversation sur skype avec Mattew Dawes, le Fondateur et Directeur de All Amber (une entreprise qui organise des conférences autour du mobile un peu partout en Afrique). Il souhaitait que je lui parle des efforts que les constructeurs de mobile (samsung, nokia, htc, blackberry, ….) faisaient pour vulgariser les applications mobiles dans nos pays francophones d’Afrique. Il a été bien surpris par ma réponse.

En fait, à ce jour, aucun constructeur ne peut prétendre faire des efforts pour booster cet écosystème. Ils ne s’impliquent dans presqu’aucun évènement. Il n’organisent aucun challenge. C’est quand la dernière fois que vous avez entendu parler d’un concours de développement d’applications mobiles ? Dans les pays Anglophones d’Afrique, vous en avez un presque tous les mois. Pour illustrer, j’ai reçu hier un email de l’équipe de Samsung qui m’annonçait qu’ils ne pourraient pas soutenir le concours Mobilehackaf. Surement parce que ce n’était pas prévu depuis le début de l’année. Dans tous les cas, ce scénarios ne peut se produire dans les pays tels que le Kenya, le Nigeria ou le Ghana. Mobilehackaf donne l’opportunité à tout partenaire de s’exposer dans 4 pays d’afrique francophone sans le moindre effort. Comment peut-on laisser passer une telle opportunité ?

Le constat est amer, mais c’est ainsi. Les constructeurs et les opérateurs mobiles ne jouent pas leur role quand il s’agit de booster l’écosystème des applications mobiles dans nos pays francophones d’Afrique. Quelqu’un me dit que si l’on utilisait des responsables marketing/commerciaux anglophones les choses seraient différentes. En attendant, le fossé ne cesse de s’agrandir entre l’Afrique francophone et l’Afrique Anglophone. Cette dernière a visiblement les hommes qu’il faut au sein des organisations et entreprises sensées faire avancer les choses.

Pivot 25 expose les meilleurs entrepreneurs et startups de l’industrie du mobile en Afrique de l’Est

Dans l’environnement dynamique de l’industrie du mobile en Afrique de l’Est, Pivot 25 vient pour exposer les meilleurs développeurs, entrepreneurs et startups de ce secteur. Initié par le MLab, cet évènement qui se tiendra chaque année se positionne comme la première compétition et conférence pour applications Mobiles en Afrique de l’Est, réunissant les développeurs, les opérateurs et les acteurs des Technologies de l’Information et de la communication en général. Elle aura lieu du 14 au 15 Juin 2011. Pivot 25 a pour objectif de :

  • Faire connaitre les applications des étudiants de MLab
  • Promouvoir le développement d’Applications mobiles à travers une compétition permettant d’identifier les meilleures applications et services mobiles de l’Afrique de l’Est,
  • Créer un point de rassemblement, de partage d’idées et de mise en réseau pour les développeurs, les opérateurs, les entrepreneurs et les compagnies de l’industrie du mobile,
  • Inviter les personnes influentes de l’industrie du mobile et de l’internet.

Pivot 25 est aussi le lieu de présenter MLab, ses activités et son rôle dans l’écosystème du développement d’applications mobiles en Afrique de l’Est. MLab est un nouvel incubateur et un centre de formation et de test pour applications mobiles basé au Kenya. Il a été crée à partir de fonds offert par infoDev.

Du point de vu de la compétition, elle est ouverte à toute compagnie ayant une immatriculation en Afrique de l’Est et à toute personne physique. L’inscription étant gratuite. Pour souscrire il suffit de remplir le formulaire se trouvant à l’adresse suivante : http://pivot25.com/competition . Vous y trouverez aussi toutes les modalités de participation (en Anglais). Et si vous avez besoin d’information supplémentaire, vous pouvez contacter les organisateurs à l’adresse suivante competition@pivot25.com. La date limite des inscriptions est fixée au 31 Mars 2011 à minuit heure de Nairobi.