Pourquoi les livres, blogs et autres publications que je lis sont principalement en anglais ?

Lorsque vous consultez la liste des livres que je lis, vous remarquez qu’ils sont pour la plupart en anglais. D’ailleurs je devrais prendre plus de temps pour y faire figurer les ebooks, whitePapers, rapports et autres publications que j’ai pu lire. Etant francophone et vivant dans un pays francophone, cela peut paraitre un peu fantaisiste. Ce n’est pourtant pas le cas.

Les sujets qui m’intéressent
Lorsque j’achète un livre, il y a 95% de chance qu’il traite d’un sujet lié aux technologies ou àl’entrepreneuriat. Je lis aussi bien des livres techniques que des livres qui parlent de concepts marketting liés à l’internet, au web et au mobile. Je pense qu’il est important pour un entrepreneur de se documenter en permanence. Je lis des livres techniques en anglais car bien souvent il s’agit de nouveautés. Et dans le monde des technologies, ces nouveautés sont souvent publiées en anglais avant d’être traduites dans d’autres langues. Si vous souhaitez par exemple la dernière publication du W3C sur la technologie HTML5, vous êtes contraint de vous référer à leur site. Et ce site diffuse d’abord en anglais avant de penser à procéder à des traductions.

© Duncan Walker

Aussi je lis des essais, des ebooks et autres livres liés à l’entrepreneuriat, aux start-up et aux entrepreneurs qui racontent leur parcours. Bien entendu l’on trouve des livres en français qui traitent de ces sujets, mais lorsqu’il s’agit de mettre la main sur l’oeuvre la plus pertinente, bien souvent on se retrouve en face de l’adaptation en français d’une oeuvre originale écrite en anglais. Et en ce qui concerne l’entrepreneuriat, l’on a du mal à trouver les retours d’expérience des francophones. Par contre c’est dans la culture des anglo-saxons de raconter le chemin parcouru par leur leaders, fussent-ils entrepreneurs. Ils n’hésitent pas à parler de leurs échecs et de ce qui n’a pas marché.

Ce pourquoi je lis
Comme bien de personne, je lis pour en savoir plus sur des sujets qui m’intéresse. Mais, Je lis principalement pour rester informer de l’évolution de l’industrie dans laquelle j’exerce. Celle des technologies de l’information et particulièrement tout ce qui concernent leurs usages en Afrique. Lorsque je lis, j’espère aussi améliorer mon expertise sur des sujets pointus. Et pour cela, il faut que je sois à même de lire les publications les plus récentes. Sachant que la plupart d’entre elles sortent d’abord en Anglais, je n’ai d’autre choix que de m’y reférer. A moins de vouloir attendre que quelqu’un en fasse la traduction.

L’une des raisons pour lesquelles je n’hésite pas à lire des publications en anglais, est que j’en fais moi même des interprétations pour le monde francophone. Si vous vous rendez sur twitter, vous verrez par exemple que la plupart des posts contenant le tag #ict4D, sont en anglais. Pourtant il s’agit du tag de référence pour tout ce qui concerne les Technologies de l’Information et de la Communication pour le Développement. On est bien dans un domaine qui touche de très près l’évolution des technologies en Afrique (francophone aussi). En interprétant en français, le contenu de ces ressources, je produis des publications très utiles aux francophones qui me suivent (plus de la moitié de ceux qui suivent mes posts) sur les réseaux sociaux.

Mes outils et mes sources de lecture en anglais
Mes sources de lectures sont assez variées. On y trouve plusieurs types de medias. Par exemple je suis abonné à une vingtaine de blogs. J’en consulte les titres chaque matin au réveil et aussi une ou deux fois dans la journée. Je lis aussi pas mal de rapports d’études menées par des organisations, des société d’audits, et autres sites. Avec les possibilités offertes par les nouvelles technologies, tout le monde peut publier ses écrits à tout moment. Ainsi, je lis les publications de nombreux auteurs spécialisés qui ne sont pas forcément médiatisés. Leurs analyses ou recherches sur des sujets pointus tels que « les usages des mobiles en Afrique » constituent des sources d’information à forte valeur ajoutée.

Bien entendu, je lis aussi des livre en Français et je suis des blogs tenu par des francophones.