Metier : développeur d’application, vie de rêve ?

Ceci est le premier d’une série d’article sur les métiers de l’internet et du mobile.
La réponse à cette question serait un grand OUI ! surement parce que je suis développeur d’application et que j’aime mon métier. Il ne s’agit pas de l’aspect technique du métier. Bien au contraire il s’agit de cette possibilité d’apprendre et de connaitre le métier du client.

En effet mettre en place un système qui permet à un client de faire son travail via un ordinateur (et l’internet pour certains) nécessite de bien comprendre le métier de ce dernier. Pendant toute la durée de la collaboration, le développeur pose de nombreuses questions et organise les réponses en données et en procédures grâce à des documents de « spécifications ». Ce sont des documents dans lesquels le développeur retranscrit ce qu’il a compris du cahier des charges du client. Il s’y trouve aussi l’ensemble des enchainements que vont pouvoir effectuer chacune des parties atomiques de son système. Ces enchainements reflètent les actions que réalise le client dans le monde physique pour l’accomplissement d’une tâche.

Pour illustrer, prenons l’exemple de certaines choses que j’ai eu à réaliser dans une banque de la place : les calculettes pour crédit à la consommation. Il s’agit de simulateurs que vous pouvez trouver de nos jours sur les pages d’accueil de banques ou d’organismes de crédit tel que cofidis. Vous n’avez qu’à y rentrer certaines informations personnelles et en quelques cliques vous savez si oui ou non vous avez droit à un crédit et si oui jusqu’à combien vous pouvez prétendre. Et tout ceci en moins de 10mn (bien moins selon votre capacité à utiliser le clavier). Ces calculettes à interface simple d’utilisation, sont en fait des applications (ensembles de programmes informatiques) qui peuvent nécessiter plusieurs mois de travail avant d’être opérationnelles. Pour les mêmes données en entrée, elles retournent toujours le même résultat. Ce résultat s’obtient en effectuant des opération telles que :

  • La vérification du taux d’endettement actuel et calcul du même taux en cas d’acceptation
  • La vérification de la capacité à rembourser un crédit au vu des revenus
  • La vérification d’antécédants judiciaires suite à des défauts de remboursement de prêts précédents.
  • …….

Vous pouvez vous rendre compte que la liste ci-dessous énumère des actions spécifiques au domaine bancaire. il n’y a rien de technologique dans l’histoire. En sommes le développeur automatise les actions de l’agent de banque en s’appuyant sur des données fournies par des systèmes tiers s’ils existes déjà. Sinon soit lui même les crée soit un autre développeur s’en chargera. Sans donc avoir effectué une formation dans le domaine de la banque, on se retrouve à connaitre le domaine du crédit à la consommation.

Personnellement, grâce à des missions de développeur, j’ai pu apprendre des choses telles que :

  • le e-commerce et la monétisation d’applications mobiles,
  • le marketing en ligne,
  • le SEO (Search Engine Optimisation)
  • le crédit à la consommation,
  • l’affacturage,
  • la gestion de projet,
  • L’analyse technique boursière
  • …..

Cela ne fait pas du développeur un expert dans chacun des métiers pour lesquels il a travaillé. Pour quelques un de ces métiers, et suivant le temps qu’il y aura passé il peut s’en sortir avec un excellent niveau. D’ailleurs de nos jours, de nombreux développeurs effectuent des reconversion dans des métiers pour lesquels ils ont développer des outils.

La cerise sur le gâteau c’est que bien souvent les développeurs travaillent en équipe et on est donc bien loin du cliché « informaticien solitaire devant perdu dans son écran avec sa pizza et son soda ». On aurais pu aborder d’autres aspect sympa de ce métier mais j’espère que cette illustration vous verra penser que « c’est pas si mal que ça d’être un développeur ».

Pour le prochain métier si vous avez une préférence n’hésitez pas à le faire savoir.

Quelques erreurs à éviter

Viser la perfection peu emmener à commettre de grosse erreurs. En deux années j’en ai commis pas mal. Mais certaines auraient pu me faire capituler.

L’absence d’accompagnement
J’ai démarré  avec une équipe de 5 développeurs qui réalisaient des projets en offshore. Tout ce passa bien pendant les 2 premiers mois car étant sur place. Mais mon absence de 3 mois a engendré une dégradation de la qualité des productions de l’équipe et donc une perte de certain marché.

Commencer un travail sans signer de contrat
Si j’ai un ultime conseil à donner à un entrepreneur débutant ce serait : « toujours signer ce qu’il faut avant de commencer toute collaboration ». Que ce soit un contrat, une clause de confidentialité, un protocole d’accord ou autre, il faut toujours songer à se « protéger » même des personnes avec lesquelles vous avez des relations amicales ou fraternelles. J’ai commencé mon premier gros contrat avec un accord verbal. Au moment de l’émission des premières factures, j’ai eu bien des surprises.

S’associer trop tôt
Si vous avez une idée, bien souvent vous avez besoin d’un ou plusieurs associés pour la matérialiser. il peut s’agir d’une personne technique qui réaliserait votre projet ou tout simplement d’un investisseur. Dans tous les cas le plus tard vous l’impliquerez mieux vous conduirai votre projet comme vous l’avez conçus. Vous éviterez ainsi les investisseurs gourmand, les associés improductifs. Ou pire encore les associés qui auraient l’intention de d’accaparer votre projet.

Entreprendre demande tellement d’énergie qu’il faut prendre le temps d’apprendre surtout pendant la conception de votre premier projet. Et si vous n’y parvenez pas, au moins vous aurez appris des choses qui serviront à votre prochain projet. Car l’entrepreneur c’est bien celui qui entame un nouveau projet lorsque le précédent le premier abouti.

Having done some student job can be helpfullBénévolat et jobs d’été préparent à la vie professionnelle

N’avoir jamais travaillé avant l’obtention d’un diplome d’études surpérieurs peut être un véritable handicap sur le marché du travail actuel. Peu importe l’activité, il est très important pour un recruteur de savoir que vous êtes capable de « TRAVAILLER ». Tant au niveau de l’intégration dans une équipe qu’au niveau des aptitudes professionnelles. En repensant à mes différents job étudiants j’en viens à la conclusion qu’ils ont tous été formateur. En voici quelques uns et leurs avantages.

  • Responsable du « Club Amis du Canada » dans mon lycée : avec les autres bénévols, nous avons pu entretenir des relations étroite avec l’ambassade du Canada en Côte d’ivoire jusqu’a l’obtention de plusieurs dons pour notre bibliothèque. Avantage : j’y ai appris à mener un projet bénévol.
  • Formateur bénévol en bureautique : pendant deux année à mis temps j’ai pu apprendre à des personnes de tout age l’utilisation des logiciels de bureautique et la création de page web. Avantage : developpement des capacité pédagogiques. Une très bonne maitrise du clavier et des outils bureautique. J’utilise par exemple Office Présentation (l’équivalent de Microsoft PowerPoint) pour réaliser des maquettes de site web en lieu et place des outils tels que Balsamiq Mockups . Pour un premier boulot de developpeur, ça peu aussi être un avantage de mentionner que vous avez une vitesse au clavier suppérieure à la moyenne.
  • Travailleur saisonnier dans les champs de muget de melon : Avec les copains nous nous sommes rendus plusieurs fois dans la région de Nantes pour la récolte de muguet pendant le mois d’Avril. Certains étés nous avons aussi travailler dans les champs de melon de la région de Poitiers. Avantage : humilité
  • Animateur de séjours pour enfants et adolescents atteint d’autisme : pendant 1 mois et avec plusieurs autres animateurs, nous avons veillé sur des enfants en difficulté (hyperactivité, insomnie, dédoublement de personalité, tendance à se faire mal, …). Avantage : c’est surement la plus grande expérience humaine que j’ai pu vivre. J’y ai appris l’existance de toutes ses tards, la souffrance quotidienne des parents, et surtout l’amour que ces enfants étaient capable de donner. Cette expérience a aussi mis nos nerfs à l’épreuve.

Chacun des enseignements que l’on peut tirer de ces expériences joue un grand rôle dans l’évolution professionnelle et sociale d’un individu. il ne faut donc pas rater une occasion de prendre un job étudiant lorsque l’emploi du temps le permet.

The problem with complainingLe problème lorsque l’on commence à se plaindre

Le problème lorsque l’on commence à ce plaindre, c’est que :

  • l’on se désarme face à l’obstacle,
  • l’on se met dans une position dans laquelle l’obstache ne peu être vue comme une opportunité,
  • l’opportunité ne peut être saisi car l’on souhaiterait résoudre ce qui a causé notre état grognon,
  • l’on oublie que tout un chacun à une ou plusieurs raisons de se plaindre
  • l’on est capable de trouver matière à se plaindre après la résolution de la première plainte
  • l’on oublie qu’on a possède un atout, notre capacité d’adatption.

Starting earlier increase success chance Commencer tôt augmente les chances de réussite

Most of the time people think : « as soon as i change my situation i’ll start my project » or « when my children will be 18 i could start my project » or « After my graduation I’ll take 3 month off to start a project ». This is what i call « the don’t want to move ahead excuse strategy ». People should write down their project even if they don’t want (or can’t) to execute it. Writing down a project is just starting it. Starting a project can help you find out your real needs. Most of the time you discover you need less stuff you though. But the more interesting is that the earlier you start more chance you have to succeed.

Your todo-list should be your first managerVotre todo-list est votre premier manager

Most of the time, feeling busy is a result of bad organization. We all need a todo list. Planning what you have to do make you do the right thing at the right time. whatever the system you use, please make a todolist. This are some successful methods :

You just have to choose the system you can access every day without making any effort. Not everybody need an online solution. Me for example i’m using Note Tomboy. this system is available on Ubuntu and is easy. I know and already tried tens of online systems but couldn’t use them for long time.

If you’re not using a todolist system, that means you lost lot of time trying to find the next action you have to take. This situation can make you think you need more than 24h in the day.

Mr Effry and the Ivorian Cybercafé syndicate !Mr Effry et le syndicat des cybercafé de Côte d’Ivoire

Let me introduce you Mr Effry from Koumassi (Abidjan).

I met him a barcamp abidjan 2010. This guy is amazingly genius. Native of Congo Kinshasa, he couldn’t be the responsible of the 750 cyber-cafés owners who subcribed to the Ivorian Cyber-café Syndicate. But he is so far the most active member of this organization. This guy has also made a french-Lingala dictionary. his dictionary is not an usual one because it deals whith the Lingala spoken in Kinshasa but not in other cities of the country. I’m on my way to meet him since à want to know more about this syndicate activities and also about Mr Effry’s ones. Yeah, let me tell you that he has also made an innovative concept of aquarium. I Will put some pics later on.Lorsque vous rencontrez Mr Effry pour la première fois, vous ne pouvez pas ne pas avoir des frissons.

En effet en plus d’être le membre le plus actif du Syndicat des cyber-café de Côte d’Ivoire il est aussi un inventeur. Jusque là tout parait normal, mais lorsque ce monsieur vous sort sa panoplie de créations, vous êtes obligé de rester bouche B. De son concept d’aquarium innovant à toutes ces maquettes d’avions miniatures en passant par ses objets communiquant uniques, il y a de quoi rester sans mot. Je pars le rencontrer aujoud’hui et j’espère avoir des photos de quelques une de ses créations.

what do you need to make it ?De quoi avez-vous besoin ?

Ok in western africa not every engineering student has a computer. Ok in western africa only few people have INTERNET access. Not ok that in western africa one can’t make a killer app for the web or the mobile. Becoming a web entrepreneur with a killer app is not a matter of stuff. You just need to have an idea to start. You must have write it down on a paper. Yes it’s all about writing things down. An idea kept in head wont never be a killer app nor a successful company. T.D an I went to a IT engineering school this week. When we asked students if they have ever done or muck-up a personal project, the answer was a big NO. Hey, young developer, what do you need to make things happen ?

Ok in western africa not every engineering student has a computer. Ok in western africa only few people have INTERNET access. Not ok that in western africa one can’t make a killer app for the web or the mobile. Becoming a web entrepreneur with a killer app is not a matter of stuff. You just need to have an idea to start. You must have write it down on a paper. Yes it’s all about writing things down. An idea kept in head wont never be a killer app nor a successful company. T.D an I went to a IT engineering school this week. When we asked students if they have ever done or muck-up a personal project, the answer was a big NO. Hey, young developer, what do you need to make things happen ?

Why ?Pourquoi ?

Since 2006 i’m posting on facebook. My post are getting more and more longer and there more and more comments. Now i passed the authorized 5000 contacts on facebook and i’v still about 400 friend requests. This are reasons WHY i decided to launch a blog using my facebook profile name as url. I’v also set up a facebook fan page which is connected to this blog and let more people follow my posts. From now people dont need to be on facebook to follow or react on my posts. I also connected my facebook account to this blog. My twitter, linkedin, viadeo accounts are also connected to this blog. I’ll take any advices from long time bloggers. Since i’v already tried to maintain some blogs without success, my posts on this one will be like my facebook posts (short with less than 10 sentences). But if i can do more, why not ?

Since 2006 i’m posting on facebook. My post are getting more and more longer and there more and more comments. Now i passed the authorized 5000 contacts on facebook and i’v still about 400 friend requests. This are reasons WHY i decided to launch a blog using my facebook profile name as url. I’v also set up a facebook fan page which is connected to this blog and let more people follow my posts. From now people dont need to be on facebook to follow or react on my posts. I also connected my facebook account to this blog. My twitter, linkedin, viadeo accounts are also connected to this blog. I’ll take any advices from long time bloggers. Since i’v already tried to maintain some blogs without success, my posts on this one will be like my facebook posts (short with less than 10 sentences). But if i can do more, why not ?