Ne plus être filicité pour vos idées

« C’est une très bonne idée ! » il s’agit là, de l’une des phrases que l’on entend dans toutes les organisations (entreprise, association, communauté, groupe d’amis, …).Très bonne idée ! Fuyez ce compliment comme la peste ! car son seul but est de vous maintenir loin de l’action et de l’exécution, tant votre ego d’être humain est sensible et capable d’inhiber tout passage à l’acte.
Lorsque vous aurez entrepris de ne plus être félicité pour vos idées, vous serez sûrement dans l’action. Vous aurez déjà matérialisé vos idées avant d’en faire l’annonce ou d’en parler autour de vous. La matérialisation dans certains cas consiste à marquer sur une feuille de papier comment vous allez vous y prendre tout en détaillant de manière la plus exhaustive, l’ensemble des obstacles. Dans d’autre cas, il s’agit d’avoir en votre possession un prototype fonctionnel.
Acceptez donc d’être celui qui n’a pas d’idées, mais qui les matérialise.

  • http://twitter.com/gbari_samuel gbari samuel

    Oui, je l’accepte. Il est tout aussi important de souligner quelque chose d’anodin : « la puissance de l’écriture ». Ma très chère enseignante de mère me disait toujours « samuel, est-ce que tu notes toutes ces idées que tu m’expliques avec tant d’enthousiasme? ». Pour lui faire plaisir, je lui balançais à l’époque un « oui » sans rien écrire. Mais depuis ces dernières années que j’ai commencé à écrire, à planifier, les choses commencent de plus en plus à prendre forme. Moralité: Pour paraphraser un peu, « de même que la parole ne revient à moi sans avoir accompli son effet, de même l’écriture ne revient à moi sans devenir réalité ». Sur les traces de kourouma, je suis… On passe à l’action.

  • Pingback: Bâtir son empire : vous n’aurez pas que des alliés | Les Analyses de Jean-Patrick Ehouman à propos de l'internet et du mobile en Afrique()