La prochaine bulle technologique sera mobile dans une vallée d’AfriqueLa prochaine bulle technologique sera mobile dans une vallée d’Afrique

Il faut ne pas être de ce monde pour ignorer ce que j’appellerai la « mobilisation » qui nous envahit. Tout devient question de mobilité. Les appareils, les plateformes, les applications. L’opportunité est donc bien réelle et encore plus en Afrique. Et comme tout secteur porteur, le mobile commence à voir sa bulle spéculative se dessiner.

Les bulles sont le symbole d’une ruée vers un secteur porteur ou tout simplement à la mode. Mais quand elles éclatent, elles génèrent beaucoup de malheur. Et se sont ceux qui ont le moins de connaissance du domaine en question qui subissent le plus. Bien souvent à partir de mauvais conseils ils ont investir dans des société/projets qui n’avaient presque pas de chance d’être rentables ou souscrit à des OPA en carton.

Evan Williams (créateur/co-créateur de Blogger et de Twitter) disait : “There are a lot of good ideas out there, but not all of them need to be a company.” Ce qui donne à quelque chose près : « il y a beaucoup de bonnes idées ici, mais toutes n’ont pas nécessairement besoin de se transformer en entreprise/société/business ».

La dernière bulle technologique, connue sous le nous le nom de « dotCom bubble » (la bulle des point-com) à fait des dégâts énormes. Au vu des dernières innovations je peux définitivement dire qu’une révolution technologique se prépare. Et nulle doute qu’elle sera liée au mobile. il ne s’agit pas de téléphone mobile uniquement ou d’ordinateur portable. Il s’agit de nouveaux usages de ses appareils qui oscillent entre le smart-phone (serait-il déjà has-been ?) et l’ordinateur. l’ipad est surement le pionier. Mais les autres constructeurs ont déja des prototypes aboutis.

Même si avec les smartphone l’on peut peut plus ou moins utiliser l’Internet, avec ses nouveaux appareils, se sera une commodité. Des entrepreneurs tel que Christian Geissendoerfer, créateur de Yoose (application qui permet de collecter/utiliser des coupons avec le téléphone portable. et qu’il m’a fait tester en 2008) vont enfin voir leur efforts récompensés au meilleur prix.

L’Afrique dans tout cela ? Avec plus de 10% des 4 milliards d’utilisateurs de téléphone portable dans le monde le continent africain reste le dernier réservoir de clientèle non fournie. C’est aussi la région ou la croissance est à deux chiffres avec un taux de pénétration d’environ 40%. Cela induit deux choses. La première c’est qu’il y a encore de la marge pour vendre des appareils. Et la seconde encore plus intéressante est que tout reste à faire en terme d’application. Une aubaine pour les entrepreneurs locaux (y compris ceux qui on le moins de moyen financier). Les quelques chiffre de Gartners en disent long (voir les statistiques à gauche).

Avec les applications, pas besoin de beaucoup de moyen pour les mettre en place. Et donc dans quelques temps de nombreux développeurs africains pourraient se transformer en entrepreneurs pour saisir l’opportunité. D’ailleurs chez AlldenY nous prédisposons nos applications à des version mobile. Il s’en suivra un effet de masse et donc des investisseurs ignorant le contexte mais convaincus par les succès des premières applications. Tout sera réuni pour voir fleurir une bulle spéculative dans une silicon valley à l’africaine. Elle sera surement différente par le fait qu’elle se trouvera dans différents pays (Kenya, Afrique du sud, Nigeria, Ghana) en même temps. La Côte d’Ivoire n’a pas encore dit son dernier mot et donc sera surement au rendezvous.

  • DOCTEUR TELECOM

    A quand la venu du IPAD EN CÔTE-D’IVOIRE…

    [WORDPRESS HASHCASH] The poster sent us ‘0 which is not a hashcash value.