11 traits de caractère des entrepreneurs qui réussissent

Je passe une bonne partie de mon temps à essayer de comprendre ce que les fondateurs de pme/start-up ou créateurs de produits à succès ont de particulier dans leur manière d’être ou de faire les choses. Ainsi l’on peu établir quelques « patrons de conception » et aussi des attitudes que l’on retrouve souvent chez ces personnes. Voici donc une liste (non exhaustives) de traits de caractère que j’ai pu remarquer chez ces personnes. Bien entendu, certains entrepreneurs réussissent sans avoir ces traits de caractère.

La curiosité
ils lisent beaucoup et n’hésitent pas à poser des questions pour des choses qui peuvent paraître triviales à priori. Ils ont une soif d’apprendre. Ils veulent savoir ce qu’à pu emmener un tel au succès ou à l’échec. Ils sont aussi à la recherche perpétuelle d’éléments qui leur permettraient de motiver et de garder leur meilleurs employés.

La capacité à collaborer
Ceux qui savent déléguer et établir de solides relations avec leur employés arrive plus facilement à proposer des solutions ou produits répondant aux réels besoin des clients.

Utiliser le moins d’argent possible
Pour un entrepreneur à succès il y a une presque-maxime : « une aventure entrepreneuriale tend à crée de l’argent et non pas à en utiliser ». C’est ainsi qu’ils cherchent toujours le moyen de mettre la main dans la poche le moins possible. Préférant des échanges marchandise par exemple à des achats, ils trouvent toujours des moyens ingénieux pour acquérir les ressources dont ils ont besoin sans être obligé de toucher à leur bourse.

L’épanouissement
Faire quelque chose que l’on aime et qui procure une joie de vivre est primordiale pour ces entrepreneurs. Ils aiment avoir le contrôle totale de leur revenue. Aussi ils tirent une énorme satisfaction dans le fait qu’il créent des produits/services ou concept à valeur ajoutée.

Des maniaques de la planification
Pour eux tout doit être planifié. Que ce soit les actions à court terme ou celles qui doivent être mise en œuvre dans le moyen et long terme, ils prennent le temps de mettre à l’écrit un plan avec un niveau de détail assez élevé. Cela leur permet d’avoir une ligne directrice et de pouvoir à tout moment changer leurs orientations grâce à un suivi quotidien.

Gros utilisateurs des technologies (pour ceux qui en ont l’accès)
Les meilleurs entrepreneurs n’hésitent pas à investir dans un sites web de haute qualité tout en prenant le temps de mettre en place des outils de gestion et de communication interne. Pour eux, lorsqu’il s’agit de ces choses, ils ne faut pas hésiter à mettre la main dans la poche.

Agir pour la communauté
En marge de leurs activités commerciales, les entrepreneurs à succès posent souvent des actes en faveur de la communauté. Ils sont engagés dans des œuvres caritatives ou tout simplement ils initient des projets pour aider les autres.

Les « Hommes d’action »
La pro-activité n’est pas une option pour eux. A tout moment ils essaient de se différencier de leur concurrents en prenant les devants. Il prennent des risques que Mr/Mme lambda jugerait insensés. Aussi, ils ne considèrent pas les erreurs comme une fatalité. Bien au contraire, ils les utilisent pour établir de nouvelles stratégies d’approches et donc pour augmenter leurs chances de réussite lors de leurs prochains essais.

Hyper-motivé
Finalement les entrepreneurs qui réussissent sont des personnes ayant une motivation hors du commun. Lorsque l’on pense qu’ils ont atteint le fond, ils arrivent à surprendre en refaisant surface avec une nouvelle idée qu’ils mettent en œuvre avec une énorme détermination et une confiance inébranlable.

Une auto-évaluation objective et permanente
Ils restent honnêtes avec eux même lorsqu’il s’agit de s’auto-évaluer. Ainsi, ils mettent tout en oeuvre pour corriger leurs imperfections. Toujours près à se remettre en cause lorsque ce qu’ils ont prévu ne marche pas, ils considère par exemple que si un employé n’arrive pas à accomplir une tâche, c’est surtout parce qu’ils ont choisi le mauvais employé pour la tâche en question.

Ils arrivent à faire une utilisation optimale de l’expertise des autres et restent continuellement dans l’apprentissage des « bonnes pratiques » et des « patrons de conception » provenant des concurrents ou des confrères.