Si j’avais 4 mots à adresser aux afritechpreneurs

IMPORTANT : afritechpreneur désigne un entrepreneur africain (quelqu’un qui vit ou travaille en/pour l’Afrique) des technologies.

À plusieurs reprises l’ont m’a demandé sur facebook ou twitter des conseils et topos pour commencer un buisness (dans les technologies) en Afrique. Pour la plupart ce sont des africains de la diaspora qui souhaitent rentrer et évitez le syndrome de l’entrepreneur hors-sujet. Mais à coté, de plus en plus de personnes vivant sur place projettent de se lancer dans une aventure entrepreneuriale. Avec les 4 conseils suivants qui sont plus ou moins spécifiques à l’Afrique, je vais donner des éléments de réponse qui sont intimement liés à ma propre expérience sur le terrain.

1. Commencer sans attendre, par exemple, la fin d’une situation politico-sociale à priori défavorable à l’investissement. Ses évènements sont partie intégrante de notre vie en Afrique car le continent est jeune. Il faut savoir les accepter et s’organiser pour travailler dans les conditions qu’ils nous imposent. Vous ne serez jamais aussi prêt que lorsque vous aviez décidez la première fois d’entreprendre. C’est à ce moment-là que votre optimisme est à son plus haut niveau. Commencer, c’est aussi prendre le temps de recueillir des informations sur ce dont a besoin la tranche de la population pour laquelle vous avez décidé de lancer votre produit/service.

Quoi qu’il arrive vous ferrez des erreurs (et même de grosses erreurs). Il n’y a pas lieu de s’affoler lorsque cela survient. Bien au contraire ce sont des occasions qui vous permettent d’en savoir plus sur vous même, vos capacités et vos limites.

En Afrique (et surement dans d’autres régions du monde aussi) certaines choses fonctionnent à un rythme qui peut paraitre assez lent lorsqu’on vient de l’occident. Vous gagnerez donc à entamer des procédures et démarches le plus tôt possible. C’est aussi l’occasion de vous constituer un excellent carnet d’adresse.

2. Construire une communauté

Le canal publicitaire le plus puissant en Afrique est le bouche-à-oreille. Prenez donc le temps de parler de vos produits au gens qui vous entourent en n’hésitant pas à leurs donner des échantillons. Si vos finances vous le permettent, recrutez des personnes qui pourront passer dans les lieux publiques pour en parler (s’il s’agit de produit grand publique).

3. S’entourer de partenaires

Bienvenu dans la partie du monde ou l’on ne peut presque rien réussir tout seul. Il faut vous entourer de personnes/entités déjà présentes localement et qui bénéficient d’un minimum de crédibilité auprès de la population.

4. Servir vos clients

Démarquez-vous de vos concurrents en vous mettant au service de vos clients. Mon expérience me permet de dire que dans les différents secteurs économiques, le client n’est pas roi en Afrique. Bien entendu, quelques acteurs font des efforts. Mettez-vous au service de vos clients. Acceptez leurs caprices, vous en ferrez des commerciaux pour votre produits.

il y a bien entendu d’autres mots que pourrai adresser aux futurs afritechpreneurs. Si, vous aussi avez envie de partager votre expérience, n’hésitez pas à le faire en commentant ce billet.

La republique twitterofile de Côte d’Ivoire : les hommes politiques et les médias sociaux

Ce matin j’ai souhaité produire quelques chiffres sur les usages de twitter en Côte d’Ivoire. Je vais donc vous faire :

  • Une liste des tags les plus utilisé par les ivoiriens (avec des stats)
  • Une liste des hommes politiques utilisant twitter + facebook +blog (avec url, stats)
  • Une liste de personnes/personnalités ((hommes politiques, artistes, …)) qui gagneraient à utiliser twitter + facebook (avec ce que je pense qu’ils pourraient gagner)

Et comme pour ces choses, l’on ne peut pas y arriver tout seul, je demande votre aide. Si vous connaissez donc des profils d’hommes politiques de Côte d’Ivoire sur les réseaux sociaux, merci de les indiquer afin que nous construisons ensemble une liste représentative. Aussi n’hésitez pas à indiquer ce que vous pensez qu’ils pourraient gagner à mieux utiliser les réseaux sociaux. Enfin, si vous avez identifiés des personnalités politiques qui pourraient tirer avantages de ces nouveaux médias, merci de partager vos trouvailles avec vos propres impressions.

L’art d’initier

Il s’agit de cette chose que pratique les personnes qui comblent les grands vides. Initier une fois et vous initierez toujours. il ne s’agit pas de juste commencer quelque chose. Si vous initiez, il faudrait qu’au moins vous puissiez aller jusqu’à l’accomplissement. Dans le cas contraire, il faudrait qu’une autre personne puisse le faire sans réinventer la roue.

Lorsque vous initierez, vous aurez très peu de supporters car il est difficile pour la plupart des gens de concevoir que l’on puisse partir de presque rien pour réaliser des choses de grande envergure. Vous devriez vous séparer de personnes, d’habitudes et de pensées capables de vous empêcher de commencer.

N’initiez pas n’importe quoi. Initiez les choses qui ont une valeur émotionnelle/sentimentale à vos yeux et vous verrez que vous irez jusqu’au bout. Vous ne pourriez pas vous mentir à vous meme tant que vous commencerez des choses pour lesquelles vous n’attendez pas de récompense.

Faites une liste de ce que vous avez toujours eu envie de faire. Commencez par celle qui vous parait la plus simple. Lancez-vous ! Faites-vous confiance. Et surtout sachez que lorsque vous initiez, vous influencez implicitement.

rechercher la gloire, c’est y renoncer d’office

Sur le chemin de la recherche de la gloire se trouve bien souvent la désillusion. La gloire ne peut être recherchée car elle ne fait que croiser le chemin d’accomplissements et de la reconnaissance des contemporains. En la recherchant, vous ne faites que la fuir. Vous vous éloignerez de ce qui la constitue. Vous vous éloignerez d’une oeuvre que vous aurez pu accomplir. Cette oeuvre même qui conduit au succès par sa pertinence et la réponse qu’elle apporte à l’un des problèmes de notre société. Vous ne direz donc pas à vos prospect et clients « … Nous offrons LE MEILLEUR service de …. ». Votre service ne sera meilleur que lorsque le client ou le prospect en face vous l’aura dit. En attendant, vous devez juste offrir un service que vous améliorez sans cesse.

Créer sa niche technologique et devenir un leader en Afrique

Imaginez dans quels états d’esprit se trouvaient les pionniers américains lorsqu’ils sont arriver pour la première fois dans l’ouest lointain. il existait certes des populations mais pas de chemins de fer ni de bars et autres.

Créer n’est jamais aisé. Mais il faut se lancer, essayer et surtout ne pas renoncer. Dans l’industrie des technologies en Afrique, des niches sont à découvrir et à exploiter.

La niche implique l’expertise
Si vous maitrisez parfaitement une activité propre à l’Afrique, n’hésitez pas à vous rapprocher des professionnels des technologies de l’information. Il pourront vous aider à la digitaliser. Mais il faut toujours garder à l’esprit que sans une connaissance approfondie d’un domaine d’activité, vous aurez du mal à vous imposer.

L’Afrique, encore sous-estimée par « les grands »
Les Grands acteurs du web n’ont pas encore pris d’assaut le continent avec leurs équipes d’ingénieurs capables de produire des applications stables dans des délais assez courts. C’est donc le moment de prendre de la place.

La marque personnelle : acte 3 ou « Promouvoir sa marque personnelle »

Cet article est le troisième d’une petite série en rapport avec la « Marque Personnelle » (en ligne). Pour fermer cette série, quoi de plus normale que de se demander comment l’on pourrait promouvoir sa marque personnelle.

Ainsi le premier article invitait à se poser la question suivant : « qui suis-je ». La réponse à cette question vous permettant de découvrir ce que vous représentez aux yeux des autres.

Dans le 2nd (« ou vais-je ?« ), il était question d’identifier clairement le chemin que l’on a décidé de suivre afin d’utiliser les outils appropriés pour la gestion de sa marque personnelle.

Promouvoir sa marque personnelle implique de consacré un minimum de temps pour interagir et mener certaines actions en ligne. Ici nous allons nous focaliser sur ce que je pourrai qualifier de « La base ». La base étant votre biographie (courte ou longue). Il vous faut impérativement une biographie quelque soit ce que vous avez déjà accompli. L’on doit savoir au moins :

  • Votre état civil et là d’ou vous venez,
  • le(s) lieux ou vous vivez. En terme de précisions, vous pouvez vous arrêter au nom de votre ville,
  • Si vous avez fait des études, il serait intéressant de mentionner le domaine. Vous pouvez vous passer de précisez les diplômes (ou l’absence diplôme). Par contre n’hésitez pas à mettre l’accent sur l’originalité de votre parcours,
  • ce que vous faites au quotidien et éventuellement votre engagement social si vous en avez un.
  • ….

Après, selon votre activité, certaines choses peuvent devenir obligatoire et surtout déterminantes pour la personne qui chercherait des informations sur vous. Dans le domaine de l’informatique par exemple, si vous êtes Développeur d’applications, vous devrez mentionner :

  • les langages sur lesquels vous êtes capable de travailler,
  • les environnements techniques que vous connaissez. Ex : « je développe avec l’IDE Eclipse et je suis capable de déployer mes applications sur des serveurs Tomcat, Websphère, … . J’arrive aussi à … « 
  • les domaines fonctionnels pour lesquels vous avez déjà produit. Ex : « j’ai développé une application xxxx qui permet à des chefs de projets de calculer les risques de manière automatique. … ». On voit bien là que vous avez déjà eu affaire au domaine fonctionnel de la « gestion de projet »,
  • Les communautés dans lesquels vous contribuez pour la réalisation de programmes/applications,
  • ….

Pour ne pas vous surcharger, j’ai décidé de présenter un seul outil. Il s’agit de quelque chose que je viens de découvrir et que je pense est assez efficace (ou le deviendra). Il s’agit de WIKIBIOS qui entre autre, permet à vos contacts de rédiger votre bio à votre place. ainsi tout au long de votre vie d’internautes, les personnes que vous rencontrerez et que vous inviterez sur cette plateforme, vous dirons « qui vous êtes ».

Développeurs, intégrateurs, n’envoyez pas votre cv, un lien suffira

 

 

Lorsque vous postulez pour une entreprise de la taille/notoriété/envergure/qualité de yahoo, facebook, google, twitter, etc, … le mieux que vous puissiez faire c’est de leur envoyer un lien vers des travaux que vous avez déjà réalisé. Ou tout simplement des projets sur lesquels vous travaillez en ce moment. La cerise sur le gâteau serait une amélioration ou adaptation de l’une de leurs technologies que vous proposez. La sélection est assez rude entre les testes techniques, les préalables au niveau des diplômes et votre capacité à travailler dans des équipes multilingues. Il faut donc à chaque étape de la sélection, montrer que vous êtes exceptionnel. Alors n’hésitez pas, à mettre les bon points de votre coté en maitrisant les api suivantes :

En gardant à l’esprit que ces entreprises sont à la recherche des esprits les plus créatifs plus vous leur montrerez qu’ils ne peuvent se passer de vous, plus vous aurez de chance d’être pris.

Et si vous n’avez pas forcément envie de travailler chez eux – et oui, j’en ai connu qui on refusé des propositions – et que vous souhaitez garder votre indépendance et travaillé en freelance pour être reconnu au plus haut niveau, la maitrise de ces principales API serait un atout supplémentaire pour vous. Je suis convaincu que si vous atteignez un haut niveau d’expertise technique sur ces choses, vous n’aurez rien à envier aux salariés de ces entreprises. A vos lignes de code ! top, partez !!! Cet article a été inspiré par l’instant Baraza de Xamale.

La marque personnelle : acte 2 ou « Ou vais-je ? »

Dans un précédent billet j’expliquais que « votre marque » était susceptible de vous crée des opportunités. Ainsi vous devez donc la peaufiner afin qu’elle vous permette d’atteindre vos objectifs. Cela implique que vous avez préalablement défini certaines choses telle que « vos ambitions », « vos projets ».

Vous devez à tout moment garder en tête ce qui vous motive. L’optimisation de votre marque personnelle se fera de manière naturelle.

Lorsque vous avez un but précis, vous êtes à même d’utiliser les outils appropriés pour la gestion de votre marque personnelle. Vous limitez ainsi les risques de débordement et de mauvais usages. Ainsi, si votre objectif est de devenir influant dans la sphère musicale, vous devriez miser une grosse partie de votre activité sociale en ligne sur Myspace. Si par contre vous envisagez promouvoir l’activité de votre entreprise qui commercialise des produits bien définis, il vous faudra créer un compte Twitter et une page de fan sur Facebook.

N’hésitez pas à prendre le temps de lire les retours d’expérience des premiers utilisateurs des réseaux sociaux numériques afin d’en tirer profit.

La marque personnelle : acte 1 ou « qui suis-je »

L’impacte que vous avez sur votre entourage/environnement est en grande partie le résultat de ce que l’on perçoit de vous. Il ne s’agit pas de votre métier, votre grade, vos diplômes, … Il s’agit de « VOUS« .

Qui êtes vous ?
Rien ne vous empêche de contrôler ce que les autres pensent de vous
Il y a des principes simples qui viennent surement d’un mélange de l’art de la communication et de la sociabilité. Lorsqu’ils sont appliqués l’on peut amener les autres à nous voir comme nous le désirons. L’on peut être sportif et être perçu comme un travailleur social.

Votre marque
C’est la réponse à la question « qui êtes vous ? ». C’est le message que vous envoyé aux autres. C’est ce qui fait que l’on pense à vous dans une situation précise. Et c’est elle qui fait que l’on vous appellera pour telle ou telle opportunité.