Sur le web l’image de la Côte d’Ivoire n’est pas réelle

Pour un internaute qui ne connait pas la Côte d’Ivoire, il est difficile de trouver des données pertinentes sur des sujets tels que le tourisme, la richesse culturelle, …,l’écosystème entrepreuneriale de ce pays. La plupart des pays d’Afrique subsaharienne sont dans le même cas.

Quel est l’image de la Côte d’Ivoire sur le web ?
Lorsque je recherche « Côte d’Ivoire », sur Google, les premiers résultats sont :

  • 1- le portail du gouvernement,
  • 2 – wikipedia,
  • 3 – wikipedia (encore),
  • 4 – afrik.com,
  • 5 – jeuneafrique.com.

Lorsque je m’intéresse au termes les plus recherchés [source : Google ] par les internautes français à propos de la cote d’ivoire ces 12 derniers mois, il s’avère que :

  • 70% des personnes qui ont recherchés le mot « Abidjan » se sont intéressés à l’expression « paris Abidjan »
  • 45% se sont intéressés à l’expression « vol abidjan »
  • 30% se sont intéressés à l’expression « hôtel abidjan »
  • 15% se sont intéressés à l’expression « abidjan »

Il est donc claire que les français souhaitent avoir des informations sur le tourisme, les voyages et les arnaques à Abidjan. Or, l’on leur sert « la politique en cote d’ivoire« , « les conflits en cote d’ivoire« , « Gbagbo« , « Ouattara« , « Drogba« , « Yaya Touré » par le biais d’articles de journaux.

Une chose est sûre, à ce jour, l’image de la cote d’Ivoire se trouve dans les mains de Jeune Afrique, Afrik.com, … Ce sont eux qui expliquent aux internautes ce que c’est que la Côte d’Ivoire et ce que l’on y trouve. On sait tous que pour ces rédactions en ligne, la priorité est donnée aux informations liées aux conflits, maladies, …, car ça permet de vendre. Certes il arrive que ces rédactions parlent de choses bcp plus gaies, mais faites un tour et vous verrez que ces informations sont minoritaires. Qui donc veut bien servir les sujets qui intéressent réellement les internautes ? Bien souvent comme aujourd’hui, le site du gouvernement ivoirien est hors service. Piraté ? serveur non-disponible ? … ? L’internaute s’en remettra une fois encore aux rédactions internationales (bbc, jeune afrique, …), wikipedia et de plus en plus les blogueurs.

Est-ce ce dont nous avons besoin ?
Je ne pense pas que c’est ce que souhaitent les autorités et les ivoiriens. Ce que tout le monde désire (et j’espère ne pas me tromper) c’est que, lorsqu’on cherche « Côte d’Ivoire« , l’on tombe en premier sur un site comme « discoverireland.com » (pour l’irelande – 3 118 liens entrant d’après alexa qui témoigne du succès de ce site). La particularité de ce genre de site c’est qu’ils ont du contenu original qui intéresse. Bien que l’irelande soit un pays anglophone, ce site est entièrement en français et propose une vingtaine d’autres langues. Grâce à ce site, vous savez :

  • ce qu’il y a à voir …
  • comment organiser votre voyage …,
  • comment fonctionne le système d’hébergement …
  • ce qu’il y a à faire …

… en Ireland.

Et nos portails dans tout ça ?
Peut être devrions-nous dire : « nos agrégateurs » ou encore « copieurs de contenu« . Certes quelques rédactions en ligne font l’effort de produire du contenu original (je pense à Avenu225, Fratmat.info, quelques journaux locaux, …) mais la tendance est à la réplication de contenu sans apport de valeur. Pour ces rédactions, qui font des efforts, il s’agit de contenu bien souvent qui ne s’adresse pas aux personnes qui ne connaissent pas le pays. Ce qui reste finalement du contenu pour des internautes locaux qui en savent un brin sur leur pays. Aussi, à coté de ces productions, il manque l’essentiel : la stratégie. Sur le web, le contenu est ROI certes, mais un Roi isolé n’a finalement aucune influence/puissance. Il manque donc à ces rédactions de pouvoir planifier leur offensive sur la toile. Et surtout de la mener avec une stratégie sur le long terme.

Qu’est-ce qu’il faut et pourquoi ?
Imaginez que l’ont saisisse « cote d’ivoire » sur google et que les 5 premiers liens soient : 1 – comment venir en Côte d’Ivoire ? 2 – découvrir le patrimoine culturelle de la Côte d’ivoire, 3 – Les prochains évènements importants à Abidjan, 4 – ce que disent les ivoiriens, 5 – la politique touristique de la cote d’ivoire. Cette situation serait profitable à la cote d’ivoire car l’on pourrait facilement décider de venir dans le pays en se basant sur des informations précises à propos des richesses culturelles et humaines de ce pays. Les opportunités de business, bien présentées sur le web, sont des aimants  à investisseurs. Les images et les vidéos de présentations, ne sont pas en reste. Cest choses ont le pouvoir de séduire les vacanciers et les touristes les plus indécis. On est tous d’accord que toutes ces choses positives font un grand bien à l’économie d’un pays.

Comment le faire ?
Pour y arriver, deux possibilités : l’initiative conjointe de plusieurs privés ou tout simplement une volonté politique. Mais à ce stade, il est difficile d’imaginer qu’un gouvernement d‘Afrique francophone puisse planifier un tel chantier. Si l’on s’intéresse à l’initiative privé, l’on doit garder en tête qu’il s’agit d’un réel business.

Allez au boulot !

  • Nimstudios

    C’est exactement pour ça que j’avais changé mon première voyage en CIV avec un voyage en Espagne. Après quand j’ai pris courage et je suis venu en CIV, c’est là que j’ai dit: je veut vivre içi! Donc à tous les extra-africains: il faut visiter la CIV!

    • http://www.jpehouman.com Jean-Patrick Ehouman

      merci pour ce feedback qui illustre bien ce dont je parle. les européens prennent de plus en plus leurs décisions pour les vacances à partir de leurs recherches sur le web. Les pays africains ont donc intérêt à soyer leur image.

  • Seadvertiser

    Merci pour l’ analyse.
    Attention aux positions sur les moteurs de recherche. En fonction de la localisation géographique de l’internaute (et parfois de son historique de recherche) les résultats peuvent être nettement différents sur les SERPs.
    Quoiqu’il en soit, le travail de E-Reputation revient dans l’ordre :
     – Aux institutions chargées de promouvoir le tourisme (ministres, mairies…)
     – Aux professionnels du secteur du tourisme (promouvoir leurs offres sur Internet et assurer une « bonne gestion » du séjour des touristes afin que ceux-ci aillent volontaires faire des commentaires positifs sur Internet
    – Aux passionnés du blogging qui peuvent partager leur expérience quotidienne sur place, proposer des parcours ou des destination, suggérer des lieux intéressants à visiter etc.

    • http://www.jpehouman.com Jean-Patrick Ehouman

      merci @c49ba1405c1fdac666bca6439d9f7b97:disqus , pour l’instant, nous sommes dans un ordre inversé 😉

  • http://www.facebook.com/midekor Amevi Midekor

    Très belle analyse JP. Je partage entièrement ton point de vue.

  • kikou

    http://www.imatin.net Portail d’information sur la Côte d’ivoire

  • Parveol

    Grosse analyse , c’est vrai qu’il y a beaucoup à faire, JP, pourquoi ne pas faire des journées à l’instar de celle sur la réconciliation, pour promouvoir la culture de notre pays, un appel à tous les blogueurs, vivement commencer par nos blogs en écrivant des articles sur la beauté de notre pays.
    zak Le Messager

  • Ayyahh Gaou

    Belle et pertinente l’analyse, je vais essayer de  commencer une nouvelle rubrique sur mon blog 😉

  • Pingback: Les débuts – par ou commencer ? | Les Analyses de Jean-Patrick Ehouman à propos de l'internet et du mobile en Afrique()

  • Pingback: Les débuts – par ou commencer ? | News du sBs()